Servir et protéger

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Appel de routine, «voleur à l'oeuvre» dans une maison en construction. Hugues* et son partenaire se rendent sur les lieux. Le voleur, c'était des jeunes qui fumaient des cigarettes en cachette.

Ils les ont arrêtés, emmenés au poste.

Dans le lot, une fille de 12 ans, appelons-la Sophie. Hugues la ramène chez elle, son père n'en a visiblement rien à cirer. Il explique à Hugues qu'il fait son possible, que la mère de la petite est partie faire des enfants avec un autre, qu'elle ne veut rien savoir de celle-là. Hugues lui dit de faire attention à Sophie.

Dossier clos.

Quelques semaines plus tard, Hugues patrouille le soir, il intercepte une voiture. Le conducteur a des antécédents de pédophilie, trois jeunes filles sont assises sur la banquette arrière. Sophie est là.

Le monsieur explique à Hugues qu'il est le père d'une des filles, qu'elles sont allées au cinéma, qu'il les ramène tranquillement à la maison. L'homme n'a pas de conditions à respecter, Hugues ne peut rien faire. Il fait quand même quelque chose qu'il n'a pas le droit de faire, il fait sortir Sophie de la voiture, la prend à part, lui conseille de faire attention au père de son amie.

Il appelle le père de Sophie, aussi, pour le mettre en garde.

C'est pour ça que je ne peux pas vous dire le nom du policier ni la ville dans laquelle il travaille. Ça pourrait lui attirer des ennuis. Hugues a pris le risque de s'attirer des ennuis pour tenter d'en éviter à Sophie.

Six mois plus tard, Hugues répond à un appel du 9-1-1. Chez Sophie. Elle est terrée au sous-sol avec une amie, elle pensait avoir entendu quelqu'un entrer dans la maison. Il n'y a personne, pas de traces dans la neige. Un coup de vent a ouvert la porte. Hugues prend deux minutes pour jaser.

- Comment ça va, Sophie?

- Pas très bien...

Hugues apprend que le père de son amie lui a offert de la drogue, lui a fait des avances, quelques semaines plus tôt. Elle a porté plainte. Il apprend que son grand-père l'a violée. Elle a porté plainte aussi.

- Ça n'a pas été facile de porter plainte pour ce que mon papy m'a fait, parce que c'est mon papy que j'aime le plus.

Le père de Sophie ne la croit pas. Hugues ne sait plus trop quoi faire, lui demande comment ça va à l'école.

- Ça va bien.

Hugues lui dit de s'accrocher à ça, de ne pas lâcher, il remonte dans son auto-patrouille. L'été passe sans nouvelles de Sophie, Hugues la recroise à la fin de l'automne à son école, par hasard. Il s'informe d'elle, apprend que son père a perdu la garde, qu'elle est rendue dans un centre jeunesse.

Hugues va voir le directeur de l'école, qui lui dit que Sophie marche sur un fil de fer, qu'elle peut basculer à tout moment. C'est pour dire, l'école est la seule chose stable dans sa vie. L'école, c'est l'oeil de la tornade, chaque fois qu'elle met le nez dehors elle risque de perdre pied.

Les vacances de Noël approchaient, elle les passerait au centre jeunesse.

Hugues et sa blonde ont eu l'idée de lui faire un cadeau, des produits de beauté et du chocolat, qu'ils ont emballés dans un joli sac avec du papier de soie. Hugues est allé les lui porter au centre jeunesse, elle était seule.

- Tu sais, ce qui t'est arrivé, ça m'a beaucoup touché. Je pense que tu es une fille bien, tu mérites d'être heureuse. J'ai parlé de toi à ma blonde, on a décidé de te faire un petit cadeau pour Noël.

- Un cadeau juste pour moi?

- Tu peux l'ouvrir tout de suite ou attendre à Noël.

- Je vais attendre à Noël, c'est peut-être le seul cadeau que je vais avoir.

Hugues est reparti les mains vides, ému.

Hugues donne aussi aux organismes comme Centraide, mais jamais ça ne lui fait autant de bien, jamais il a cette conviction aussi profonde de faire une différence, aussi petite soit-elle, dans la vie de quelqu'un.

Il n'oubliera jamais le sourire de Sophie.

Sa blonde et lui ont décidé de faire la même chose chaque année désormais, de tendre l'oreille pour trouver quelqu'un qui a besoin d'un «petit clin d'oeil, d'une tape dans le dos à Noël», et de lui donner. «Moi et ma blonde on va faire ça. J'ai la naïveté de croire qu'un geste de pure bonté peut changer une vie!»

Moi aussi.

* Les prénoms ont été modifiés.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer