L'élixir du Docteur Couillard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il y a des gens qui accusent le premier ministre Philippe Couillard de renier ses promesses électorales.

Ceux-là disent : «Il nous a roulés dans la farine comme des éperlans frais!» «Il assurait que nous étions le marteau, alors que nous n'étions que l'enclume!»

Sans oublier l'éternel refrain, plus usé qu'une paire de jeans portée successivement par les 10 enfants d'une même famille : «Nous n'avons pas voté pour cela!»

L'affaire est si sérieuse qu'elle a enfin détourné l'attention des malheurs du ministre de l'Éducation, Yves Bolduc.

Il était temps. Une blague récente racontait que M. Bolduc avait perdu deux livres, dans un incendie. «Le pire, c'est que je n'avais même pas fini de les colorier, expliquait-il. D'après ce que j'ai compris, ça parlait des peintres Mickey l'ange et le homard de Vinci.»

***

En début de semaine, ceux qui tourmentent le gouvernement libéral ont eu droit à des explications de très haute voltige, gracieuseté du ministre des Finances, Carlos Leitão.

Les promesses libérales, ce n'était pas des «promesses». Seulement des «cibles», des «objectifs», a expliqué M. Leitão, surnommé «le Haut-parleur du privé».

Bref, quand Philippe Couillard «promettait» de créer 250 000 emplois en cinq ans, ça ne voulait pas dire grand-chose.

Une cible. Rien de plus.

Apparemment, les électeurs auraient dû deviner que M. Couillard ne promettait pas vraiment de rétablir les 15 milliards $ sabrés par le PQ dans les dépenses d'infrastructures.

De la même manière, ils auraient dû comprendre que M. Couillard allait augmenter subtantiellement les tarifs de garderies, même s'il répétait le contraire.

Il est vrai que si un honnête politicien ne peut même plus dire n'importe quoi, en pleine fièvre électorale, où s'en va le monde, je vous le demande?

***

Sauf erreur, durant la dernière campagne, M. Couillard n'a jamais prononcé le mot austérité. À croire que maman lui laverait la bouche avec du savon, s'il osait.

Monsieur préférait parler «des vraies affaires». Il annonçait «un effet libéral» sur l'économie. Il prétendait que de nombreux entrepreneurs attendaient son arrivée au pouvoir pour investir.

Ouille. Sept mois plus tard, le Québec a perdu plus de 30 000 emplois à temps plein. Mais ça ne signifie pas que M. Couillard a renoncé à décevoir. Il y a deux semaines, à la veille d'un voyage à l'étranger, il a promis à ses militants de dire «au monde notre fierté d'être Québécois».

J'ai écrit «promis», mais c'était seulement une cible. Et comme Philippe Couillard n'a rien d'un Guillaume Tell, vous devinez la suite.

En Islande, Monsieur était tellement fier qu'il n'a pas jugé bon de prononcer une seule phrase en français, lors d'une allocution.

Le monde entier sait que le Québec est francophone, alors ça ne servait à rien de parler français, a-t-il expliqué.

Quoi? Depuis qu'Ephrem a fumé la moquette dans un épisode particulièrement nul du téléroman Symphorien, je ne me souviens pas d'une réplique plus bizarre...

Une fois de plus, le premier ministre a tellement raté sa cible que s'il pratiquait le tir à l'arc, il lui faudrait un GPS pour retrouver ses flèches.

***

«Il était une fois Juliette, qui s'est acheté une voiture. Après quelques jours, elle retourne voir le vendeur. «Je suis déçue, se plaint-elle. La radio ne fonctionne pas.»

- Il s'agit d'une radio intelligente, explique le vendeur. Il suffit de dire à voix haute ce que vous voulez entendre, et l'appareil le fait jouer. Si vous voulez entendre la musique de Beethoven, vous dites «Beethoven». Pour les informations, vous dites «informations».

Juliette n'en revient pas. Les jours suivants, elle sillonne la ville en donnant des ordres à sa radio. «Météo». «Sport». «Tchaïkovsky».

Soudain, elle aperçoit un énorme panneau publicitaire qui vante les mérites d'un médium, qui se targue de prédire l'avenir.

«Bonimenteur. Vendeur de rêve et de promesses sans lendemain», s'exclame-t-elle.

Un bref silence suit. Puis une voix retentit, à la radio :

«Voici maintenant une allocution du premier ministre du Québec, M. Philippe Couillard.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer