Tout vient de basculer

Les policiers étaient sur les dents, mercredi, dans... (PHOTO ADRIAN WYLD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Les policiers étaient sur les dents, mercredi, dans la capitale fédérale.

PHOTO ADRIAN WYLD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'attentat de lundi à Saint-Jean-sur-Richelieu aurait pu n'être qu'un événement isolé. Mais ce qui s'est passé mercredi au parlement d'Ottawa a tout changé.

Quelques minutes plus tard, toutes les bases canadiennes des forces armées étaient interdites au public, et les militaires recevaient l'ordre de ne plus porter leurs uniformes à l'extérieur de leur milieu de travail. Simultanément, la police dépêchait des escouades autour de l'Assemblée nationale à Québec et de Queen's Park à Toronto, tandis que des mesures spéciales étaient déployées autour de nombreux édifices publics.

Ce n'est là qu'un simple aperçu de la sécurité déployée un peu partout au pays, par crainte que l'attentat d'Ottawa ne soit le prélude à des opérations semblables ailleurs au Canada. En l'espace de quelques heures, tout a basculé : la menace est maintenant prise au sérieux.

L'accroissement des mesures de sécurité ne se résumera pas à l'embauche de policiers supplémentaires. Tous les aéroports de la planète ont dû soumettre leurs voyageurs à une hausse considérable des vérifications et des fouilles à la suite des attentats de 2001. Les événements des derniers jours auront des conséquences de même nature non seulement au Canada, mais dans tous les pays impliqués dans la coalition contre l'État islamique.

C'est désagréable, la sécurité. Ça peut devenir une vraie prison. Après l'attentat de 1981 contre Jean-Paul II, le souverain pontife a été contraint de s'éloigner des fidèles en s'enfermant dans une papemobile coiffée d'un blindage conçu pour résister aux balles et aux dernières générations de grenades. Ce n'est pas rien, pour un leader religieux, de s'éloigner de ses ouailles. Mais c'est devenu incontournable. Le maire de Québec, Régis Labeaume, a admis mardi, bien avant les événements de mercredi, qu'il avait été ébranlé par l'attentat de Saint-Jean-sur-Richelieu et qu'il lui faudrait se plier à une sécurité accrue. Il ne sera pas le seul à s'inquiéter.

Quand je suis arrivé à Ottawa comme correspondant parlementaire, en 1979, on pouvait entrer au parlement avec un simple laissez-passer quotidien. Maintenant, il faut passer aux détecteurs de métal, comme dans un aéroport. Imaginez ce que ce sera dorénavant!

Quand j'ai occupé le poste de secrétaire de presse de Brian Mulroney, les convois motorisés du premier ministre comprenaient trois ou quatre automobiles. Depuis, on y a ajouté des camions couverts équipés d'une véritable artillerie, similaires à ce qu'on voit aux États-Unis pour la protection du président.

Imaginez aussi de quoi aura l'air la prochaine campagne électorale fédérale dans un tel contexte. Déjà, les politiciens se sont éloignés des vraies personnes; ils ne font presque plus de discours devant des salles remplies de militants. À quelques exceptions près, tout se passe maintenant devant les caméras de télévision, en présence de petits groupes triés sur le volet, pour donner de belles images. L'attentat du 4 septembre 2012 contre Pauline Marois au Métropolis a démontré la vulnérabilité des politiciens dans ce genre d'environnement. C'est bien fini les bains de foule des chefs de parti pendant la campagne électorale. Tout comme le pape, ils vont se réfugier dans leurs limousines blindées et personne ne pourra leur en faire le reproche.

Et puis il pourrait y avoir des répercussions très politiques à ce qui s'est passé mercredi. «Ils sont en train de faire réélire Stephen Harper», m'a lancé mercredi un candidat libéral. C'est prématuré comme prévision, mais j'imagine déjà Harper en campagne électorale, semer le doute sur la capacité de Justin Trudeau de protéger les Canadiens contre le terrorisme.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer