«Casting» sans code postal pour les pubs du RTC

Novafilm a dit non à 10 candidats avant... (Image tirée d'une des publicités du RTC)

Agrandir

Novafilm a dit non à 10 candidats avant de recruter la perle rare qui incarne le chauffeur à moustache des campagnes du RTC.

Image tirée d'une des publicités du RTC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) On a sursauté d'apprendre que les comédiens de la dernière publicité du Réseau de transport de la Capitale (RTC) ont été recrutés à Montréal.

Le directeur du Théâtre de la Bordée, Jacques Leblanc, s'en est indigné au micro de Vision culture. Il trouvait «épouvantable» que le RTC, qui vit des taxes locales, ne fasse pas travailler les comédiens de sa propre ville.

J'avais tweeté le sujet lundi matin sans me douter de la suite. C'est le lendemain que j'ai mesuré les répercussions. Une réaction virale, comme on dit dans les médias sociaux.

En trois jours, mon message a été relayé près de 2000 fois et jusqu'à 600 abonnés l'ont pointé parmi leurs favoris. Le sujet touchait une corde sensible.

Faut-il se scandaliser que des comédiens de Montréal tournent dans la pub d'un organisme public de Québec?

Le premier réflexe est de penser comme M. Leblanc. Le contexte force cependant à beaucoup de nuances. J'y reviendrai, mais d'abord les faits.

1. Le RTC mandate Lg2 pour trois messages de 15 secondes pour la campagne printemps 2014.

2. Lg2 confie la réalisation à Novafilm, une boîte de Saint-Roch qui avait déjà fait avec brio la campagne 2012.

3. Une séance de casting a lieu à Montréal. Dix candidats de Québec (sur quarante-cinq) sont invités à prendre la 20 pour aller auditionner.

4. Sept comédiens, tous de Montréal, sont retenus. On choisira plus tard deux figurants, «tous» de Québec.

5. Le tournage a eu lieu entièrement à Québec.

***

Rien dans le devis du RTC n'obligeait à embaucher des artistes de Québec. «Ce n'était pas une préoccupation majeure», explique le directeur des communications/marketing, Michel de Mauraige.

À la vue du débat, il se promet cependant de «sensibiliser» l'agence qui obtiendra le prochain contrat.

Reste la question : pourquoi recruter à Montréal plutôt que dans notre cour?

Raisons d'économie et de choix artistique, explique François Lallier, réalisateur et associé chez Novafilm. Ce n'est pas le talent des comédiens de Québec qui est en cause, mais leur nombre.

Le budget pour le projet ne permettait pas deux coûteuses séances de casting.

Pour augmenter la probabilité de trouver vite, Novafilm est allée là où il y a le plus grand bassin de comédiens, à Montréal.

Était-ce bien nécessaire pour des rôles de deux phrases et de quelques secondes?

On entre ici dans ce que j'appellerais le secret industriel de Novafilm.

Le succès et la réputation de ses publicités courtes reposent sur la précision du casting et la rigueur du jeu physique des comédiens. Quand il n'y a que quelques secondes à l'écran, l'image doit être décisive.

C'est ce qui a permis à Novafilm d'accumuler des prix de création, dont une nomination à Cannes, parmi des géants mondiaux de la pub.

On cherche le comédien qui peut faire la «différence». Aucun compromis n'est possible, pas davantage sur la base du code postal, prévient M. Lallier.

Le recrutement du chauffeur à moustache des campagnes RTC décrit bien la méthode Novafilm.

Le rôle tient sur la fine ligne entre caricature et réalisme, entre humour et crédibilité. Le chauffeur dit deux phases : «Quand on prend l'autobus, on a du temps pour lire» et «Le bus, c'est une bonne idée».

N'importe qui pourrait les mémoriser, mais l'essentiel est ailleurs, dans le non verbal. Dans la gestuelle ou son absence. Dans le regard, l'intonation, dans le «microjeu».

Les concepteurs savaient que le rôle était crucial et avaient identifié la physionomie recherchée. Dix candidats qui semblaient y correspondre ont été invités au casting. Aucun n'a été retenu.

Le flash est venu le lendemain. Quelqu'un s'est souvenu d'une pub de Canac. Le comédien est venu passer le test. Bingo.

N'empêche qu'il a fallu 75 prises pour trouver celle qui méritait d'aller en ondes pendant... quatre secondes.

***

Cofondateur de Novafilm, François Lallier est un amoureux de Québec, où il a choisi de rester malgré des offres ailleurs.

«Je veux faire rayonner Québec» et «je suis le plus grand ambassadeur de la ville», plaide-t-il.

Il dit embaucher des gens de Québec chaque fois que c'est possible.

La campagne du RTC donne ici une image déformée. Vrai que les sept acteurs visibles sont de Montréal. C'est la portion émergée de l'iceberg.

Ce qu'on ne voit pas, ce sont les 40 techniciens et employés de Novafilm à Québec qui ont bossé sur ce projet.

La campagne RTC 2012 avait permis à Novafilm de se faire un nom et d'obtenir le tournage à Québec des pubs de Krispy Kernels et de Familiprix qui ne seraient jamais venues autrement. Des comédiens et des techniciens de Québec y ont travaillé. C'est à mettre dans la balance.

Novafilm est de ces jeunes entreprises qui font travailler des artisans locaux et mettent Québec sur la mappe de la vidéo et du multimédia.

Peut-être pouvons-nous lui pardonner d'échapper de temps en temps quelques rôles à l'autre bout de la 20.

***

Conçues par Lg2 et réalisées par Novafilm, les pubs de 15 secondes du RTC jouent sur les avantages de prendre l'autobus. Le ton est résolument humoristique (1).

La première pub montre un futur papa assis dans l'autobus, plongé dans la lecture de L'art de convaincre. Suit une séquence avec la future maman qui finit par céder : «C'est correct, on va l'appeler Ozzie.»

La seconde pub fait valoir que c'est économique de prendre le bus. Autant que d'acheter des médicaments dans Internet. Elle s'ouvre sur une dame au lit qui attend son mari : «Pis, ça marche-tu?» Celui-ci, une jambe dressée à la verticale répond : «Oui, mais pas à la bonne place.»

Le troisième suggère que quand on prend le bus, on a du temps pour travailler, ce qui fera plaisir même au méchant patron. On peut les voir sur site de Lg2.

(1) http://goo.gl/KhgpiF

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer