Le PQ peut-il faire mieux?

Pauline Marois profitera peut-être d'un effet charte, de... (Photo Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Pauline Marois profitera peut-être d'un effet charte, de sa gouvernance et de ses liens avec l'administration Labeaume durant la présente campagne électorale.

Photo Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Parti québécois (PQ) n'a pas gagné à Québec depuis 1998 et a souvent été relégué au troisième rang, loin derrière le Parti libéral du Québec (PLQ), l'Action démocratique du Québec (ADQ) ou la Coalition avenir Québec (CAQ).

Ce fut le cas en 2012 encore, où le PQ n'a fait élire que deux députés et n'a obtenu que 21 % du vote.

Le parti de Pauline Marois peut-il faire mieux à Québec ce printemps? Profiter d'un effet charte, de sa gouvernance, de ses liens, pas si mauvais, avec l'administration Labeaume?

Un sondage CROP publié à la mi-février donnait le PQ en avance à Québec (35 %), devant l'ADQ (29 %) et le PLQ (24 %).

Le faible échantillon de ce sondage incite à la prudence. Ce serait tout un revirement que le PQ soit si fort. Mais il est vraisemblable qu'il se dessine à Québec une lutte à trois dont l'issue est encore incertaine.

La réélection de plusieurs députés de la CAQ semble acquise.

Sur la Rive-Nord, Éric Caire (La Peltrie) et Gérard Deltell (Chauveau), qui avaient de fortes majorités.

Sur la Rive-Sud, Marc Picard (Chutes-de-la-Chaudière), pour la même raison, et probablement Christian Dubé (Lévis), dont la majorité est moindre, mais la crédibilité très forte en économie.

Agnès Maltais (Taschereau) et Pauline Marois (Charlevoix) seront réélues pour le PQ.

La longue tradition libérale de Jean-Talon devrait ramener Yves Bolduc, bien que le résultat de 2012 fut serré. Si le PQ avait fait le plein de votes de Québec solidaire et d'Option nationale, il aurait remporté Jean-Talon.

Pour le reste, la course semble ouverte. La première cible du Parti québécois sera Jean-Lesage (Limoilou), où la majorité du libéral André Drolet, 1100, semble à portée. C'est la seule circonscription avec Jean-Talon où le PQ avait terminé deuxième en 2012.

Une des luttes intéressantes opposera dans Charlesbourg la députée sortante Denise Trudel (CAQ) aux professeurs d'université Dominique Payette (PQ) et François Blais (PLQ).

C'est cependant agaçant de voir Mme Payette à peine élue mairesse de Lac-Delage vouloir déjà partir, ce qui obligerait la Ville à recommencer l'élection. En espérant qu'elle ne réclamera pas à la Ville de prime de départ.

***

Deux questions, alors que les partis s'alignent sur les blocs de départ. La première d'intérêt «national». La seconde, strictement locale.

1. Le Parti québécois, donné largement en avance dans les sondages, a-t-il atteint son peak trop tôt? Comme Alex Harvey avant les Olympiques de Sotchi?

Ou est-il monté trop haut? Un parti peut difficilement espérer un résultat meilleur que le taux de satisfaction. Si c'est le cas du PQ, la logique voudrait qu'il ne puisse que redescendre. C'est le pari que font ses adversaires.

2. Quel sera l'impact du mouvement Anybody but Marois qu'on a commencé à entendre à la radio de Québec? On sait le poids de la radio sur la politique. Cela pourrait accélérer l'érosion de la CAQ au profit du Parti libéral.

On se méfiera par ailleurs des sondages. En 2012, tous les sondeurs se sont plantés à la veille de l'élection. Léger, CROP et Forum Research avaient tous surestimé le vote du PQ (entre 1 % et 5 %) et sous-estimé celui du Parti libéral (entre 2 % et 5 %).

***

J'y ai mis des années, mais j'ai fini par comprendre. Les élections à Québec ne se gagnent pas - ou ne se gagnent plus - avec un programme, des réalisations ou des promesses.

En 2012, le gouvernement Charest, qui avait tout donné à la capitale, n'a pas eu de juste retour sur son investissement. Le PQ, qui offrait alors le meilleur programme régional, n'a rien gagné. La CAQ, qui ne promettait rien, a eu le meilleur résultat.

Le vote se joue sur autre chose.

Beaucoup sur les chefs, un peu sur les candidats, accessoirement sur les machines électorales. Souvent sur l'air du temps, la vague de popularité du moment, les résultats des derniers sondages. Fussent-ils erronés.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer