Mes dernières réflexions

Le NPD a repris du poil de la... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Le NPD a repris du poil de la bête à la suite de la belle performance de Thomas Mulcair aux Communes. Le bouledogue qui sommeillait en lui a terminé son hibernation et il tire sur tout ce qui bouge.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Raymond Giroux
Le Soleil

(Ottawa) Après près de 40 années au Soleil, dont les 14 dernières sur la colline parlementaire à Ottawa, je tire ma révérence. Mais non sans vous livrer mes dernières cogitations politiques, les conclusions relevant strictement de vous, chers lecteurs.

Mais le parti de Stephen Harper est loin... (La Presse Canadienne) - image 1.0

Agrandir

Mais le parti de Stephen Harper est loin d'être mort et enterré. Même si le premier ministre voit poindre la GRC dans son bureau, le mot abandon n'apparaît pas dans ses gènes.

La Presse Canadienne

Les sondages jouent la carte Justin Trudeau. D'accord,... (La Presse Canadienne) - image 1.1

Agrandir

Les sondages jouent la carte Justin Trudeau. D'accord, le chef libéral attire les foules et suscite la curiosité, comme je l'ai moi-même constaté sur le terrain lors de sa course au leadership.

La Presse Canadienne

Prêchant pour ma paroisse, je vous conseille de garder un oeil attentif sur la scène fédérale. Après tout, vous payez votre part de ce gouvernement et devez vivre avec ses décisions.

Des élections auront lieu le 19 octobre 2015, et les jeux ne sont pas faits, loin de là.

Qui aurait prévu il y a quelques semaines le délitement du Parti conservateur à une semaine d'un congrès national qui s'annonçait ennuyeux à mourir? Aujourd'hui, le gouvernement navigue à vue.

Mais le parti de Stephen Harper est loin d'être mort et enterré. Même si le premier ministre voit poindre la GRC dans son bureau, le mot abandon n'apparaît pas dans ses gènes.

Le NPD a repris du poil de la bête à la suite de la belle performance de Thomas Mulcair aux Communes. Le bouledogue qui sommeillait en lui a terminé son hibernation et il tire sur tout ce qui bouge.

Mais si son jeu impressionne les habitués du parlement, il vous revient de décider si les arguties sur l'éthique des sénateurs méritent l'importance que nous leur donnons à Ottawa. 

Je suis le premier étonné, en passant, à devoir écrire des chroniques à répétition sur le Sénat en cette année 2013.

Les sondages jouent la carte Justin Trudeau. D'accord, le chef libéral attire les foules et suscite la curiosité, comme je l'ai moi-même constaté sur le terrain lors de sa course au leadership.

Sur la forme, tout roule en sa faveur même si les sondages ont mauvaise réputation, après avoir raté les élections récentes en Colombie-Britannique et en Alberta, sans compter leur sous-évaluation de la force de Jean Charest chez nous.

Ses adversaires avaient inscrit d'office le député de Papineau dans la catégorie des poids légers, et certaines de ses déclarations spontanées ont effectivement causé de l'embarras dans les salons libéraux.

Mais quoi, bon, qu'avons-nous contre un politicien qui répète devant les caméras ce qu'il dit dans sa salle à dîner ou avec son entourage?

De nombreux politiciens et médias anglophones hurlent chaque fois que M. Trudeau laisse tomber un «nous autres» qui l'identifie comme Québécois. 

Il aurait paraît-il commis une faute grave, on ne pourrait pas être à la fois député du Québec et chef d'un parti pancanadien. Je vous laisse tirer vos conclusions.

Mais que nous présentera-t-il comme programme de gouvernement, dans deux ans? Là, je n'en sais rien. Les libéraux voudront occuper le centre du terrain, pas trop à gauche, pas trop à droite. Tout dépendra des choix de Stephen Harper en dernière année préélectorale.

Oublieront-ils leur longue tradition de programmes nationaux de plusieurs milliards de dollars étalés sur cinq ans, le tout dans des domaines de compétence provinciale? Permettez-moi d'en douter.

La «question du Québec» jouera-t-elle un rôle dans ces prochaines élections? À Ottawa, le dossier est mort, la classe politique constate le cul-de-sac de la gouvernance souverainiste et attend, les bras croisés, l'arrivée de Philippe Couillard à la tête du gouvernement.

Mais à défaut d'un référendum à l'horizon, le Bloc québécois a du mal à se justifier, à moins que les échanges Couillard-Harper tournent au vinaigre. Je laisse ce thème de chronique à d'autres.

*******

Merci de m'avoir lu pendant toutes ces années, que ce soit comme reporter, éditorialiste, analyste ou chroniqueur. Je vous en suis fort gré.

 -30-

Pour me joindre: raymondgiroux@rogers.com

Partager

À lire aussi

  • Chroniqueurs

    Cahin-caha vers l'Europe

    Lundi, peut-être mardi, il sera trop tard. Le train du libre-échange entre le Canada et l'Union européenne pourrait se retrouver sur une voie... »

  • Chroniqueurs

    Harper a du jeu pour remanier

    ... »

  • Chroniqueurs

    Les vrais débats des vrais conservateurs

    Le Parti conservateur rassemblera 3000 de ses militants les plus zélés à Calgary, à la fin de ce mois, et les deux cahiers de résolutions... »

  • Chroniqueurs

    Le cul-de-sac sénatorial

    Le débat sur l'existence même du Sénat, sur sa réforme éventuelle, sur les règles qui le régissent et sur le comportement de certains de ses membres,... »

  • Chroniqueurs

    Ni oui ni non pour Enbridge

    Vous avez pu lire un peu partout en fin de semaine que la Colombie-Britannique disait non au projet Northern Gateway de la pétrolière Enbridge. Même... »

  • Chroniqueurs

    Le libre-échange à tout vent

    La mauvaise humeur de Stephen Harper, cette semaine, a peu à faire en soi avec les Mike Duffy, Pamela Wallin et Nigel Wright de ce monde. »

  • Chroniqueurs

    L'embarras de Stephen Harper

    Le Parti conservateur (PC) a largué le sénateur Mike Duffy. Et ce, d'une manière pas très élégante pour un des favoris des campagnes de financement... »

  • Chroniqueurs

    Un satané journal hante M. Harper

    Stephen Harper ne s'est pas présenté au parlement, lundi. Et s'il l'avait fait, il aurait continué à ne pas répondre aux questions sur le scandale... »

  • Chroniqueurs

    Pendant ce temps, la jovialité règne

    Stephen Harper apprend les nouvelles en lisant un journal, tentent de nous faire croire les conservateurs après avoir raconté depuis des années... »

  • Chroniqueurs

    Le Sénat, une bouée pour Mulcair

    Thomas Mulcair se demandait depuis la mi-avril comment refaire surface dans les médias et l'opinion publique, à la suite de l'arrivée de Justin... »

  • Les conservateurs de la région «sont finis» à Québec, selon Mulcair

    Politique

    Les conservateurs de la région «sont finis» à Québec, selon Mulcair

    Le chef du Nouveau parti démocratique, Thomas Mulcair, prévoit que la vague orange qui a déferlé dans la grande région de Québec aux élections de... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer