De l'art d'être parent

Godelieve De Koninck a 10 frères et soeurs,... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Godelieve De Koninck a 10 frères et soeurs, a élevé 12 enfants, qui lui ont donné 19 petits-enfants.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partager

Sur le même thème

Mylène Moisan

(Québec) Godelieve De Koninck a 10 frères et soeurs, a élevé 12 enfants, qui lui ont donné 19 petits-enfants. Comme toute bonne mère, elle s'est posé beaucoup de questions. Comme toute bonne grand-mère, elle s'en pose encore.

La dame aura bientôt 75 ans. Je l'ai rencontrée chez elle, dans le quartier Montcalm, où je me suis invitée pour jaser famille. Elle m'avait envoyé un petit mot après avoir lu cette chronique où je comparais les séries télé Cailllou et Passe-Partout. Je me suis dit qu'avec 12 enfants et 19 petits-enfants, en plus de ses frères et soeurs, ça faisait un sacré bel échantillon pour réfléchir sur l'art d'être parent.

Ses petits-enfants ont entre 4 et 24 ans, ses enfants, entre 45 et 54 ans. «J'en ai eu sept en neuf ans et j'ai mis mon mari à la porte après le septième!» Ses cinq autres enfants sont ceux de son deuxième mari, qu'elle a rencontré il y a 28 ans. C'était son tout premier amour, que le destin a remis sur sa route. Dans sa salle à manger, il y a encore l'immense table de bois, avec 12 chaises autour, une lampe Tiffany au-dessus. Les petits-enfants viennent souvent voir grand-maman.

Godelieve n'a pas la prétention de savoir ce qu'il faut faire. Elle a fait du mieux qu'elle a pu, ses enfants s'en sont tous très bien tirés. «Ce n'est pas vrai que c'était mieux dans mon temps. Je crois qu'il faut arriver à trouver un équilibre.» Il y a déséquilibre en la demeure. Grand-maman De Koninck est inquiète quand elle voit l'insolence des enfants, l'omniprésence des parents.

Les spécialistes patentés appellent ça de l'overparenting, Godelieve parle d'«esclavage parental». Dans son livre à elle, le parent ne doit pas être fusionné à l'enfant. «Les parents font tout avec leurs enfants, les restaurants, les voyages, tout. Qu'est-ce que ça laisse au couple? On s'occupe de nos enfants, mais est-ce qu'on s'occupe de nous?» Quand elle était toute seule à élever ses sept enfants, elle se faisait un devoir de prendre du temps pour elle. Maman lisait, les enfants jouaient.

«Je n'ai jamais joué dans le carré de sable. On en avait un gros, mais je n'y ai jamais mis les pieds. Les enfants s'amusaient ensemble. Aujourd'hui, les mères y sont. Et, si elles n'y sont pas, leur enfant a de la peine. Même chose pour les chicanes, il faut les laisser régler ça entre enfants. Ils sont capables de gérer leurs conflits. Il ne faut pas les sous-estimer. [...] Il faut être exigeant, ils sont capables.»

Quatrième enfant, mais première fille de sa famille, elle a été l'aînée, avec tout ce que ça implique de responsabilités. Et de valorisation. Elle a reproduit le modèle quand elle est devenue maman. «Quand j'étais enceinte de mon quatrième, mon aîné m'aidait à plier les couches en coton.» Il avait trois ans.

Quand elle garde ses petits-enfants, elle applique la méthode qu'elle a connue, celle qu'elle a appliquée. Son père et sa mère, Charles et Zoé, misaient sur deux choses : le sport et l'activité intellectuelle. Godelieve ne dit jamais non à une partie de scrabble ni à quelques longueurs de piscine. Ça compense pour le carré de sable. Elle garde la forme, elle nage deux kilomètres tous les matins.

Être grand-maman gâteau, non merci pour elle. Quand les petits-enfants la visitent, pas de «pitonnage» sur les iMachins ni «d'interminables négociations. Qu'est-ce qu'on a d'affaire à demander à un enfant de trois ans ce qu'il veut manger pour souper? D'avoir à tout le temps choisir, ça leur cause un stress, un sentiment d'insécurité. Sans compter l'énorme perte de temps pour les parents».

Chez elle, le repas commence par une salade et il y a un plat pour tout le monde. Les enfants mettent la table, la débarrassent et aident à faire la vaisselle. Elle a même réussi à faire manger de la verdure à un de ses petits-fils. «Il avait 11 ans, il était le plus vieux autour de la table. Je l'ai pris à part et lui ai dit que, pour les plus jeunes, ils étaient leur idole. Je lui ai dit : "Si tu manges pas de salade, je suis faite." Il en a mangé. Aujourd'hui, il en mange deux bols. Il a senti qu'il avait un rôle, qu'il était important.»

Quand elle était monoparentale avec ses sept mousses, elle cuisinait tous les plats de la semaine le dimanche. Elle travaillait à temps plein comme orthopédagogue, étudiait au doctorat, était chargée de cours à l'université. Et, faut-il le rappeler, elle prenait du temps pour lire, aller au cinéma, coudre. «J'avais moins l'impression de courir que les parents que je vois aujourd'hui.»

Elle ne perdait pas de temps à négocier.

Quand il y avait un problème, elle prenait l'enfant à part, dans sa chambre, où il y avait deux fauteuils. «On s'assoyait chacun dans notre fauteuil, on faisait la mise au point. Il ne faut jamais engueuler un enfant devant les autres.» Elle a encore ses fauteuils, elle y convoque parfois ses petits-enfants.

«Je suis sévère. Les enfants, il faut les élever vers le haut, pas descendre à leur niveau.» Et, le pire dans tout ça, c'est qu'ils aiment ça. «C'est une récompense de venir chez moi. Je leur dis : "Mais il n'y a rien qui se passe?" Il faut croire qu'ils apprécient ça. [...] Chacun a son rôle, sa place.»

Mais, même avec toute l'expérience qu'elle a, elle n'a pas la prétention d'être plus fine qu'une autre. «Quand je me couchais le soir, je me demandais si j'avais assez donné d'attention à l'un ou à l'autre. "Celui-là, est-ce que je m'en suis occupé assez?"» Elle n'avait pas la réponse, mais se fiait à son instinct.

Elle se respectait, respectait ses enfants, qui la respectaient. Ça vaut bien des théories en vogue.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer