Ceci n'est pas un texte sur le patrimoine

Ces années-ci, la destruction du patrimoine va bon... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Ces années-ci, la destruction du patrimoine va bon train. On a entre autres rasé un édifice religieux sur la Grande Allée pour construire de luxueux condos.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partager

(Québec) À Québec, pour défendre les vieux quartiers, faut être un peu masochiste.

D'une manière générale, votre cote de popularité dépassera légèrement celle des punaises de lit. Sans toutefois excéder celles des coquerelles ou des tarentules velues.

Au final, la gauche vous accusera de futilité, tandis que la droite vous reprochera de nuire au développement économique.

Les Québécois raffolent des choses anciennes en France, en Italie ou dans les îles mouk-mouk. Ils en raffolent partout, sauf chez eux. Et ça ne date pas d'hier. N'est-ce pas un Britannique, Lord Dufferin, qui a empêché la destruction des murs de Québec, contre l'avis des fonctionnaires municipaux?

Bref, la gang du patrimoine ne gagne pas souvent. Autant rêver de Coupe Stanley au sein d'une équipe dont les joueurs n'ont pas de patins et pas de bâton, sans compter que les pauvres ignorent que leurs gants ont été copieusement saupoudrés de poudre à gratter...

-----

D'accord. Ces années-ci, la destruction du patrimoine historique de Québec va bon train.

Mais ça n'empêche pas de voir le bon côté des choses.

Sur la Grande Allée, par exemple, la ronde des destructions va bientôt ralentir... faute de gros édifices anciens à démolir.

Au cours des dernières années, on a rasé le monastère des Dominicains pour agrandir le Musée des beaux-arts, ce qui apparaît aussi logique que de couper une forêt pour y installer une pépinière. Dans le même élan, on a fait disparaître le monastère des Franciscaines pour y construire un gros pâté de condos, dans le plus pur style néo-classico-éléphantesque.

Qui sait, on complétera peut-être le tour du chapeau en démolissant l'église Saint-Coeur-de-Marie, malgré les belles promesses?

Insatiables, les promoteurs regardent déjà ailleurs. L'un d'eux rêve d'un immeuble de 12 à 14 étages, à côté d'une tour Martello, en bordure des Plaines. Quitte à démolir une maison du XIXe siècle.

Ai-je entendu quelqu'un prononcer avec espoir le mot zonage? Pas si vite. À Québec, quand il s'agit de démolir des vieux édifices, les règlements de zonage deviennent souvent bien flexibles. Autant essayer de battre un tapis avec un brin de spaghetti trop cuit.

-----

Cet automne, le premier ministre Stephen Harper a dévoilé une partie des plans de reconstruction du Manège militaire. Assez pour redouter que du côté des Plaines, le «nouveau» bâtiment disparaisse sous un bric-à-brac de verre et d'acier, qui ne jurerait pas sur un centre commercial de Kamloops.

Sans doute qu'il s'agit d'une amélioration, du moins par rapport aux ruines du Manège à l'abandon. Mais si nos architectes étaient italiens, ils auraient été capables d'installer des portes de garage en vinyle dans les arches du Colisée de Rome. Ou de mettre un caleçon de tôle ondulée au David de Michel-Ange.

À propos, personne n'a encore vu les plans de l'énorme agrandissement de l'Hôtel-Dieu, au coeur de l'arrondissement historique du Vieux-Québec. Même la construction d'un entrepôt frigorifique, au fond d'un parc industriel, ferait l'objet d'un plus grand souci de transparence.

Plus imprévisible, il y a peut-être les logiciels de traduction instantanée, dont la revue Protégez-Vous s'est amusée à recenser les perles. J'en veux pour preuve une boîte de serviettes, sur laquelle l'expression «Good for polishing» a été traduite par un retentissant «Bon pour le Polonais».

-----

Mais ne nous éloignons pas du sujet.

Le mot magique, c'est densification. En son nom, tout est permis, ou presque. Y compris la disparition probable de toutes les grandes propriétés appartenant à des communautés religieuses, le long du chemin Saint-Louis.

Alors à quoi bon blâmer les promoteurs un peu rapaces? Devant l'indifférence générale, qui leur reprochera de profiter de la situation?

Comme tout le monde, ils constatent que l'administration Labeaume s'intéresse autant au patrimoine historique de Québec qu'aux études sur le langage corporel des fourmis rouges, lorsqu'elles ont consommé plus de 0,5 milligramme de jus de cactus.

Sans oublier le pôvre ministère de la Culture du Québec, qui ne parviendrait même pas à faire entendre sa voix dans un congrès de sourds-muets.

À la fin, il est seulement dommage que la laideur possède sur la beauté un avantage indéniable. Elle dure.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer