Le prix de la paix sociale

Partager

(Québec) La Ville de Québec ne recevra aucun dédommagement pour les efforts policiers déployés lors des manifestations étudiantes du printemps dernier.

Le gouvernement estime que le travail des policiers de Québec relevait alors du «niveau de service» normal prévu par la loi.

Montréal a pour sa part reçu 15 millions $ de compensation pour le travail d'enquête inhabituel et le maintien de l'ordre lors d'événements d'une importance économique jugée cruciale, comme le Grand Prix.

La Ville de Québec réclamait 1 million $ en dédommagement. Elle voudra sans doute appeler de la décision du gouvernement, mais je vois mal comment elle pourrait avoir gain de cause.

Il tombe sous le sens que la vie de Montréal a été lourdement perturbée par les manifestations exceptionnelles du printemps étudiant.

Ce ne fut pas le cas de Québec. Le bruit des casseroles a parfois été dérangeant dans les quartiers centraux à l'heure de coucher les enfants.

Mais l'économie et les habitudes de la ville n'ont pas souffert du conflit, sinon de façon très ponctuelle et localisée.

Rien pour justifier un dédommagement du gouvernement.

Cela vaut aussi pour d'autres villes comme Longueuil, Sherbrooke ou Gatineau, qui n'auront rien non plus.

La décision du gouvernement rappelle deux choses.

1. La Ville de Québec n'obtiendra plus tout ce qu'elle veut du gouvernement provincial, comme elle donnait l'impression de pouvoir le faire sous les libéraux.

Le gouvernement aurait pu prendre prétexte que Québec est la capitale pour justifier une aide qu'il ne donnait pas aux autres. Il n'en a rien fait.

Cela ne veut pas dire qu'il boude Québec, mais cela suggère que notre poids politique n'est plus le même et qu'il n'y aura pas de traitement de faveur.

2. La Ville doit assumer le prix de ses choix politiques.

D'un accord tacite avec l'administration Labeaume, la police de Québec avait choisi de tuer dans l'oeuf toute menace de dérapage.

Elle ne voulait pas perdre le contrôle de la rue comme à Montréal.

Cela s'est traduit par une présence policière importante. Plus que ce qui était nécessaire pour quelques poignées de manifestants pacifiques qui ne menaçaient pas l'ordre public.

J'ai vu la police jouer au chat et à la souris avec des manifestants dans les rues du Vieux-Québec. Si elle s'était faite discrète plutôt que de pourchasser les casseroles, je suis convaincu que les manifestants se seraient lassés plus vite.

La présence policière a parfois eu pour effet d'étirer les manifestations.

Cela s'est traduit aussi par des arrestations prématurées et par des centaines de contraventions pour infraction aux règles de sécurité routière.

La police savait très bien que ces contraventions risquaient d'être contestées. Sa priorité du moment n'était toutefois pas par rapport au respect des droits et libertés individuelles, mais à la prévention de tout dérapage.

Sur les plans politique et policier, ce fut un succès. Jamais la paix sociale et la quiétude n'ont été menacées à Québec.

La Ville a d'ailleurs une approche similaire pour les grands événements et pour la Saint-Jean Baptiste : trop plutôt que pas assez.

-----

Personnellement, je pense souvent que la police en fait trop pour rien, mais c'est un choix qui se défend.

Il s'agit maintenant de l'assumer.

Il y a un coût à une présence policière accrue dans les rues et les parcs de la ville.

La facture de la sécurité publique pour 2012 a d'ailleurs défoncé de 6 millions $ les prévisions du budget initial (117,6 millions $).

Les manifestations étudiantes expliquent en partie ces dépassements, mais l'essentiel est le résultat d'obligations légales et de choix politiques.

La sécurité publique compte désormais pour 9 % du budget municipal. On pourrait peut-être y arriver pour un peu moins, mais la paix sociale et la paix d'esprit ont un prix.

Québec jouit d'une paix exceptionnelle. Cela semble équitable qu'elle en assume la facture.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer