Oeil pour oeil, dent pour dent

Partager

(Ottawa) Elle n'a pas mangé depuis le 11 décembre. La chef de la Première Nation d'Attawapiskat, dans le nord de l'Ontario, Theresa Spence, a ainsi ébranlé les certitudes du gouvernement de Stephen Harper.

Partisan à bon droit d'une remise à jour complète du statut des autochtones, Harper demeure sourd à leurs revendications fondamentales. Il veut bien réformer, mais à sa manière et selon son idéologie.

Le premier ministre a accepté la demande d'une rencontre avec leurs dirigeants. Mais ne croyons pas que M. Harper a adouci sa ligne. Une fuite opportune, lundi, démontre le contraire.

Pour bien comprendre la pensée conservatrice, il faut remonter aux écrits de Tom Flanagan, cet universitaire de Calgary qui a déjà oeuvré comme directeur de cabinet de M. Harper.

En un mot, M. Flanagan rejette le concept des droits ancestraux à la base des revendications autochtones, notamment parce qu'ils nuisent au développement économique. J'ai conscience de simplifier sa thèse à l'extrême, mais nous avons à Ottawa un gouvernement entier qui roule sur le simplisme.

Le rapport d'audit de Deloitte & Touche date du 28 août. Le gouvernement explique qu'il n'a jamais tenté de le cacher et que les événements ont suivi leur cours normal.

Je n'ai pas d'informations privilégiées sur les débats entourant sa publication par la grâce d'une fuite qui tombe à un moment particulièrement bien choisi pour les conservateurs. Mais on ne prête qu'aux riches, et le Parti conservateur maîtrise à merveille l'art de contourner les règles du jeu.

Rien de mieux en effet, à quatre jours d'une rencontre avec les chefs autochtones arrachée de fait par la manoeuvre-choc de Mme Spence et les blocus organisés çà et là sur les voies de communication, pour déstabiliser l'adversaire.

Quiconque lit l'analyse du comptable Serge Desrochers conviendra que l'administration Spence n'a pas respecté les règles du jeu.

L'examen de 505 transactions de la Première Nation, entre 2005 et 2011, se termine sur un cul-de-sac qui en dit long sur la rigueur financière locale. M. Desrochers n'a pu tirer de conclusion sur 426 d'entre elles «en raison du manque de pièces justificatives», écrit-il. Aucun maire de village n'oserait gérer ses affaires comme l'a fait la communauté d'Attawapiskat.

Vous me direz qu'un ministre asticoté d'une aussi belle façon par le Vérificateur général devrait remettre sa démission, mais n'en croyez rien : Peter MacKay sévit toujours à la Défense nationale, et Mme Spence a de qui s'inspirer pour prétendre que les vérificateurs n'ont rien compris.

Le rapport Deloitte & Touche a tout pour alimenter la controverse et nourrir les démagogues un tantinet racistes. Le ministre responsable, John Duncan, a fait dire que «le rapport parle par lui-même» et qu'il en approuve les conclusions comme les recommandations.

Mais de là à confondre les causes et les conséquences, il y a une marge à ne pas franchir.

Il ne faut pas revoir à fond le traitement réservé aux autochtones parce qu'une communauté ignore l'abc de la comptabilité, mais plutôt constater que cette attitude découle du pourrissement de ce dossier.

Traitez une population tout entière comme des irresponsables, et vous vous retrouverez effectivement avec un certain nombre de dirigeants irresponsables.

Le rapport Dussault-Erasmus avait tout compris et proposé un plan global de reconnaissance et de redressement fondé entre autres sur la reconnaissance d'un véritable ordre de gouvernement pour les Premières Nations.

Cela se passait en novembre 1996, sous le sceau de l'urgence. Des gestes ponctuels importants ont été posés, notamment dans l'affaire des pensionnats. Mais sur le fond, la volonté a manqué.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer