Ville de Québec: pourquoi investir autant?

Partager

(Québec) L'administration Labeaume maintient le rythme : 1,6 milliard $ d'investissements pour les trois prochaines années.

Deux questions incontournables : pourquoi investir autant quand la dette dépasse déjà les 2 milliards $? En a-t-on les moyens ou s'en va-t-on droit dans le mur?

Contrairement au budget d'exploitation dont la majorité des dépenses sont incompressibles, une ville a beaucoup de latitude pour ses immobilisations.

Elle peut en moduler le rythme à sa guise, en fonction de ses choix et de priorités.

On note ici que le futur amphithéâtre compte à lui seul pour 20 % du nouveau programme triennal d'immobilisations (PTI). Un choix politique.

Le projet a occupé beaucoup de place dans le débat public, et son poids dans le PTI est en proportion.

Pour le reste, le choix d'investir massivement s'explique ainsi :

1. Profiter au maximum des subventions disponibles.

La ville n'irait pas jusqu'à faire des travaux inutiles juste pour toucher une subvention, mais elle peut choisir de devancer ou d'ajouter des projets.

L'usine de biométhanisation des déchets, par exemple. Un gros morceau du PTI à plus de 108 millions $, mais le gouvernement paiera 50 % de la facture.

À l'inverse, la Ville peut retarder des travaux. L'anneau de glace couvert par exemple, retardé dans l'attente d'un programme d'aide fédéral.

2. Profiter au maximum des bas taux d'intérêt.

Ceux-ci vont remonter un jour. Québec veut faire le plus de travaux possible pendant qu'il ne coûte pas cher d'emprunter.

3. Remettre à niveau les infrastructures.

Des administrations précédentes, en outre les anciennes villes, avaient retardé des travaux (trottoirs, égouts, aqueduc, etc.).

L'administration Labeaume veut rattraper le retard en 15 ans. À terme, cela veut dire 7 milliards $, ce qui impose

un rythme de dépenses annuelles élevé.

4. Respecter les engagements électoraux.

C'est le cas de la plupart des équipements de loisirs et de sport : amphithéâtre, palestres, stade couvert Giffard, etc.

-----

La Ville a-t-elle les moyens des ambitions du maire Régis Labeaume (photo)?

La réponse est moins convaincante qu'à la première question.

Constatons d'abord que le PTI 2013-2014-2015 respecte le cadre financier adopté à l'automne 2011.

La Ville augmente la part des immobilisations payées comptant, ce qui permet de sauver des coûts d'intérêt.

Le poids du service de la dette dans le budget d'exploitation reste inférieur à 20 %.

La dette nette reste largement inférieure à 3,5 % de la richesse foncière.

La Ville accélère le remboursement de ses emprunts, et le scénario d'une diminution de la dette à partir de 2016 est maintenu.

En théorie, tout baigne.

Québec maintient sa cote de crédit auprès de Moody's, et l'administration Labeaume semble pouvoir réussir la quadrature du cercle : réduire la dette en continuant à investir (et à emprunter) massivement.

Tout l'édifice repose cependant sur deux choses que la Ville ne contrôle pas :

1. Une hausse possible des taux d'intérêt.

L'administration tente de réduire le risque en variant la durée de ses emprunts. Il ne faudrait pas être obligé de tout renouveler en même temps lorsque les taux seraient élevés.

2. Le remboursement des déficits des régimes de retraite.

Le gouffre continue de se creuser, et les scénarios de remboursement ne tiennent plus. Le poids sur le budget d'exploitation risque de devenir intenable et de mettre tout le reste en péril.

La Ville n'a encore aucune certitude d'obtenir du gouvernement le pouvoir d'imposer à ses employés de nouvelles conditions de retraite et de faire baisser la pression.

Si elle ne reprend pas le contrôle des déficits des régimes de retraite, la Ville devra se rabattre sur ce qu'elle contrôle le mieux : le niveau de ses investissements et de ses emprunts.

Adieu veaux, vaches, cochons, couvées. Ce sera la fin des PTI fastes à 1,6 milliard $.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer