Un rendez-vous insolite

Martin Forget et son complice Vincent L'heureux de... (Collaboration spéciale Mylène Moisan)

Agrandir

Martin Forget et son complice Vincent L'heureux de l'émission Rendez-vous insolite à CKIA

Collaboration spéciale Mylène Moisan

Partager

Mylène Moisan

(Québec) Quand Martin Forget m'a écrit pour m'inviter à son émission de radio communautaire, mon cerveau a été immédiatement mitraillé de clichés. J'imaginais le poncho, les rastas, les effluves de patchouli. Au mieux, un étudiant en philo. J'ai accepté l'invitation comme un tête-à-tête avec mes idées préconçues.

Martin m'attendait dehors avec son complice Vincent L'heureux, rue Saint-Joseph, où sont maintenant les bureaux de CKIA. Pas de rasta, pas de poncho, même pas une petite trace de patchouli. Devant moi, deux beaux bonshommes, bien mis, l'air cool. Martin travaille chez Cossette, Vincent, chez Ubisoft. J'étais presque déçue.

J'exagère, évidemment. Je ne m'attendais pas à rencontrer un clone de Bob Marley, mais je m'attendais encore moins à rencontrer deux gars qui, à vue de nez, n'avaient aucun atome crochu avec la chose communautaire. Si quelqu'un leur avait dit à pareille date l'an dernier qu'ils passeraient tous leurs mardis soir à la barre de CKIA, ils ne l'auraient pas cru non plus.

Martin admet qu'il a «toujours eu un oeil négatif sur la radio communautaire». Il avait le souvenir de François Pérusse se payant la tête de sa fictive CDKC.

Tout a commencé à la fin de l'été 2010. Les deux n'avaient plus de blonde, ils sont devenus amis. «Ça a cliqué. On était tout le temps ensemble, on a été dans le sud ensemble. Ça a été un six mois assez intense», résume Martin. Les soirs de vadrouille, ils faisaient des projets, des fous, des moins fous. La radio était dans le lot.

L'improbable s'est produit. «On a découvert CKIA par hasard. On a entendu parler qu'il y avait une assemblée générale, c'était en décembre l'année passée. On y est allés. On a eu le goût de se lancer. On a fait un démo et on a été acceptés.» La station était sous respirateur artificiel depuis un an, on l'a rebranchée en janvier. Martin et Vincent sont au 88,3 depuis, tous les mardis à 21h.

Ils ont aussi maintenant chacun une blonde.

Ils se voient moins souvent. «C'est notre moment maintenant, notre rendez vous hebdomadaire. Il y en a qui font du jogging; moi, c'est la radio qui est mon exutoire, mon défouloir», explique Martin. «C'est mon mardi créatif», renchérit Vincent. Ils se voient parfois entre deux mardis pour planifier un peu la prochaine émission, l'essentiel se fait par courriel.

«Amateurs purs», ils prennent ça très au sérieux. «On essaye de faire comme si on avait 25 000 auditeurs», illustre Martin. Ils ne savent pas combien ils sont à l'autre bout du micro, entre «un noyau dur de cinq à sept personnes» et un bassin potentiel de quelques milliers. Ils s'en foutent éperdument. Quand Martin «ouvre» son micro à 21h, la petite ampoule rouge s'allume au milieu de la table. Il a le trac. Il se racle la gorge, brise la glace. L'heure qui suit file à vitesse grand V.

Leur émission, c'est Le rendez-vous insolite où ils invitent toutes sortes de gens pour parler de toutes sortes de sujets. Ils sont curieux, ils aiment comprendre. Ils ont invité deux scientologues «pour leur poser des questions, pas pour les planter. On se dit que si on se pose des questions sur un sujet, on ne doit pas être les seuls», suppose Martin, qui s'occupe aussi de choisir la musique.

Ce qu'ils aiment par-dessus tout de CKIA, c'est la liberté totale. Exemptés des BBM, les deux comparses peuvent mettre la musique qu'ils veulent sans se soucier des quotas. Leur conversion est totale. «C'est la meilleure radio communautaire du monde», lance le volubile Martin.

C'est probablement ce que pensent aussi les artisans de la culturelle CKRL et de l'universitaire CHYZ. Ils sont des dizaines en ville, comme Martin et Vincent, à préparer amoureusement «leur» émission en y mettant leurs tripes. Leur trip aussi. Pour le meilleur et pour le pire.

C'est ce qui fait la beauté de ces inclassables radios, qui sont en fait une courtepointe de trips et de tripes. C'est ce qui fait que le Rendez-vous insolite de Martin et Vincent est précédé par une émission reggae et suivie, le lendemain matin, par un exposé sur le jardinage du collègue Larry Hodgson.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer