Le PQ et la dette du Québec

Partager

(Québec) Le Québec a-t-il les moyens de réduire sa dette, alors qu'il peine à joindre les deux bouts et à respecter son engagement d'atteindre l'équilibre budgétaire l'an prochain? C'est l'une des grandes questions auxquelles devra répondre le ministre Nicolas Marceau dans son budget d'aujourd'hui. Selon le dernier budget de Raymond Bachand, en mars dernier, les libéraux devaient y parvenir. Mais c'était avant les élections, avant le ralentissement économique des derniers mois, avant la fermeture de Gentilly-2, l'abolition de la taxe santé et le retour au gel des frais de scolarité et de garderies. Bref, c'était avant l'élection du nouveau gouvernement.

Sur papier, les libéraux avaient déjà commencé à réduire la dette du Québec avec la création du Fonds des générations en 2006. Mais comme leurs budgets ont été déficitaires depuis 2009, les sommes versées au Fonds étaient en réalité constituées d'emprunts. Pour l'année en cours, par exemple, le gouvernement devait verser 1,2 milliard $ au Fonds des générations, mais il planifiait un déficit de 1,5 milliard $. Il n'y avait donc pas de réduction réelle de la dette.

Cependant, la situation devait changer en 2013 avec le retour à l'équilibre budgétaire et l'ajout de 1 milliard $ au Fonds des générations. Ce milliard devait provenir des redevances hydrauliques d'Hydro-Québec et de producteurs privés d'électricité (729 millions $), et des revenus de placement du Fonds (320 millions $).

Le gouvernement Marois abolira le Fonds des générations et appliquera son capital à la dette. Ce qu'on ne sait pas, c'est ce qu'il fera des redevances hydrauliques. Mais s'il les utilise pour payer les dépenses courantes au lieu de les consacrer au remboursement de la dette, il devra apporter des modifications aux objectifs de réduction de la dette du Québec établis en 2010.

Au 31 mars dernier, la dette brute représentait 55 % du produit intérieur brut. Ce ratio doit diminuer à 45 % en 2025. Pour y parvenir, le gouvernement Charest comptait notamment sur une hausse graduelle de 1 ¢ le kWh sur cinq ans du prix de l'électricité patrimoniale, une mesure abolie par le gouvernement Marois. Bref, on voit mal comment le ministre Marceau pourrait s'attaquer à la dette du Québec dans son budget 2013-2014. Cependant, il peut difficilement ignorer cette question s'il veut rassurer les agences de crédit et éviter une décote.

-----

Les réactions que vous entendrez aujourd'hui au budget de Nicolas Marceau sont prévisibles : Québec solidaire se désolera du manque de générosité et des coupes budgétaires touchant les démunis, François Legault dénoncera les hausses d'impôts pour les contribuables gagnant plus de 100 000 $, et les libéraux critiqueront «l'orgie» de nouvelles dépenses du gouvernement. Dans ce dernier cas, une certaine retenue serait de mise...

«Quand la carte de crédit est pleine, quand on a des dépenses, à un moment donné, il faut se réveiller et faire attention à ce que nous dépensons pour ne pas, à la fin, venir couper dans la nourriture, couper dans l'épicerie, couper dans les livres d'école», a déclaré récemment le député Sam Hamad en accusant le gouvernement de distribuer des «bonbons électoraux». Venant du député de Louis-Hébert, qui se vantait d'avoir «gâté» la capitale nationale et Régis Labeaume lorsqu'il était au pouvoir, ces accusations ne sont pas très crédibles. D'ailleurs, Pauline Marois a eu une bonne répartie, mercredi dernier, en déclarant que le plateau de bonbons avait été vidé par le gouvernement libéral. La dette brute du Québec a augmenté de 50 milliards $ sous Jean Charest. C'est dire la profondeur du plateau...

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer