L'intolérance à l'injure

Partager

(Québec) Après quelques revers juridiques contre les cols bleus, le maire Régis Labeaume remporte une bataille contre le président des cols blancs.

La Cour supérieure estime que le président Jean Gagnon a «dérapé» en affirmant en public que les contrats de la Ville de Québec «servent à remplir les caisses électorales».

La «déclaration diffamante» était «gratuite» et «sans aucun appui factuel», note le juge Georges Taschereau, qui constate que le maire en fut «non seulement outré mais blessé».

«Toute personne, malgré la carapace dont elle se revête ou paraît se revêtir, a une sensibilité.»

Les dommages accordés à M. Labeaume sont plutôt symboliques à 7500 $. Mais le jugement est important en ce qu'il rappelle qu'il y a des limites à la liberté d'expression.

Y compris contre un maire qui n'a lui-même pas la langue dans sa poche.

Les personnalités politiques doivent s'attendre à être plus souvent attaquées que les autres. À se faire critiquer, parfois sévèrement et parfois même injustement, explique le juge Taschereau. Leur «mesure de tolérance à l'injure» doit être «plus large».

C'est le prix de la démocratie.

Mais les élus ont aussi droit à leur réputation. Le juge cite ici la Cour d'appel : «L'engagement en politique ne confère pas un permis de chasse à l'honneur et à la réputation d'une personnalité publique.»

Si Jean Gagnon avait parlé de Montréal, personne n'aurait sourcillé. Surtout avec ce qu'on a appris à la commission Charbonneau sur les ristournes d'entrepreneurs au parti du maire Gérald Tremblay.

Mais M. Gagnon parlait de Québec. Autre ville, autres moeurs. Plutôt que d'être invité en héros à Tout le monde en parle, c'est au tribunal que M. Gagnon a dû s'expliquer.

Il a bien tenté de faire croire que sa déclaration en conférence de presse ne visait pas le maire Labeaume et son parti.

Les journalistes présents, ce jour de février 2011, avaient cependant tous compris que M. Gagnon parlait de Québec et de son maire.

Le juge en est venu à la même conclusion. Ce qui devrait nous rassurer sur la profession. Les journalistes ne s'étaient pas tous trompés en même temps, comme le suggérait M. Gagnon.

Pour quiconque a assisté au procès en mai dernier, le jugement de mercredi n'est pas une surprise et reflète bien la preuve entendue : M. Gagnon visait bel et bien le maire Labeaume.

Celui-ci en a été blessé.

Les dommages sont minces. Si préjudice il y a eu, il a été de courte durée, et le parti du maire Labeaume n'a pas perdu de militants, ni de contributeurs à ses cocktails de financement, ni d'appui dans les sondages d'opinion.

J'imagine qu'on peut donc parler d'un bon jugement.

-----

M. Gagnon a eu tort d'insinuer sans preuve que les contrats à Québec servent à remplir la caisse électorale du maire.

Ce qui ne veut pas dire qu'il avait tort de mettre en question le financement politique et le rôle des entreprises.

J'avais noté lors du procès que sur le fond, MM. Gagnon et Labeaume pensaient à peu près la même chose.

Quelques jours avant le procès, M. Labeaume avait souhaité qu'on «empêche les partis politiques de lever de l'argent dans le privé... Ne plus être obligé de téter les compagnies et téter le monde». Ces dons «pourrissent le système», croyait-il.

Il y a quelques semaines, M. Labeaume est revenu à la charge.

«Il va falloir absolument qu'on revoie le financement des partis politiques. On n'a pas besoin de tant d'argent.»

Cela n'a pas empêché près de 700 personnes, militants, professionnels et entrepreneurs, de débarquer quelques jours plus tard à l'Espace Dalhousie pour le cocktail de financement d'Équipe Labeaume.

-----

Les élus s'évertuent à dire qu'il ne sert à rien de mettre de l'argent dans la caisse électorale en espérant obtenir des contrats.

Le problème est que les entreprises et firmes professionnelles continuent de penser le contraire.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer