Les bleus roulent des mécaniques

François Bourque
Le Soleil

(Québec) Congédier 162 cols bleus juste avant une assemblée générale n'était pas un accident de parcours.

La Ville avait des raisons légales d'agir avant le vote de grève. Elle avait aussi un intérêt politique: camper le syndicat dans le rôle du méchant qui menace l'ordre public et les services aux citoyens.

Les employés sont tombés dans le piège et ont voté à 98% pour la grève.

Ça a «stigmatisé le monde» et nous a «radicalisés», reconnaît le président du syndicat, Marc-André Dufour.

Jusque-là, l'argument pour la grève était la crainte de nouvelles privatisations de services.

C'est probablement ce qui s'en vient, sauf que les décisions ne sont pas prises encore. Un argument un peu mince pour voter la grève.

La Ville s'est assurée d'en fournir un meilleur en congédiant 162 auxiliaires.

Cette dramatisation des relations de travail sert bien l'administration, qui sait que ses employés sont perçus comme des privilégiés.

Le syndicat des cols bleus a sans doute couru après en roulant des mécaniques et brandissant une menace de grève. L'administration Labeaume a répondu en provoquant l'escalade. Cela vous étonne-t-il?

Le bras de fer entre l'administration Labeaume et ses cols bleus ne m'émeut pas beaucoup.

Avant-hier les blancs, hier les bleus, ce matin les pompiers. Les relations de travail turbulentes font désormais partie du paysage politique.

On va rester calme. Malgré les éclats de voix et les pressions, les citoyens de Québec n'ont encore été privés de rien.

Souvenons-nous de l'été 2008 où on avait craint un moment que les employés en négociation sabotent la fête du 3 juillet. Il n'en fut rien. Ni ce jour-là, ni le reste de l'année.

Les employés de la Ville ont fait passer l'intérêt collectif avant le leur, ce qui est tout à leur honneur.

Les bleus sont également conscients des limites de leur rapport de force. Celle de leur poids politique devant un maire apprécié par 80% de la population. Et celle de la Loi sur les services essentiels, que le syndicat a l'intention de respecter, assure M. Dufour.

Ce qui veut dire que même s'il devait y avoir une grève dite «générale», l'effet en sera limité.

À Laval, où les bleus viennent de voter la grève générale, seuls les arénas et les heures supplémentaires sont touchés.

Le syndicat des cols bleus a semblé se surprendre que la Ville envisage de privatiser d'autres services municipaux.

Tout mettre sur la table sans tabou ni «vaches sacrées», fait pourtant partie du projet politique du maire Labeaume depuis le premier jour.

Les mêmes débats reviennent d'ailleurs chaque année au moment du budget. Les gestionnaires proposent des façons de réduire les dépenses et d'accroître les revenus. Ce sont ensuite les élus qui décident.

Ce qui m'étonne ici, c'est d'entendre le maire répéter qu'il ne touchera pas aux services. Comment peut-on tout mettre sur la table et ne pas réfléchir aux services?

Tous sont-ils essentiels? Chaque heure de bibliothèque, chaque distribution porte-à-porte de la brique des loisirs, chaque lavage de rue?

Il y a des services intouchables, comme l'eau potable et les patinoires extérieures. Pour les autres, la discussion est possible. Y compris pour la police et les incendies. Cela dépend du niveau de risque que nous sommes prêts à assumer et du prix à payer.

La réalité est que la Ville prend déjà chaque année des décisions qui affectent les services. Parfois pour en donner plus (gratuité des piscines et du patinage), parfois moins (déneigement, cueillette des matières recyclables).

L'autre réalité est que la Ville a aboli 500 postes permanents depuis quatre ans sans que les citoyens en souffrent vraiment ou s'en aperçoivent.

Il est des domaines où on tient à ce que la Ville conserve son expertise et ses employés. D'autres où ce n'est pas essentiel.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer