La vie après 2008

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Deux faits ont marqué, selon moi, l'année 2009 à l'hôtel de ville de Québec. Pas nécessairement les plus spectaculaires, mais, je dirais, les plus significatifs.

Un premier tout au début de l'année, le second au printemps. Vous aurez remarqué que je ne parle donc pas des élections de l'automne.

La réélection de M. Labeaume est bien sûr significative, mais était devenue tellement prévisible que ce ne fut qu'une formalité.

La seule surprise fut l'ampleur de la victoire de M. Labeaume, et la minceur de son opposition.

Au début de l'année, disions-nous. Mi-janvier, le maire rassemble plus d'une vingtaine de citoyens, d'experts et d'acteurs publics dans un Comité sur la mobilité durable.

Un nom à coucher dehors, mais un mandat passionnant : repenser la ville. Réfléchir à comment on l'habite et à comment on s'y déplace, à comment on y vit et y travaille.

Quelques mots-clés sont vite apparus : densification, fluidité, rail, mixité, créativité, qualité de vie.

Mine de rien, ce comité est en train de dessiner la ville de demain. Encore faudra-t-il que les pouvoirs publics aient le goût, l'audace et... les moyens de le suivre.

Trop tôt pour prédire les résultats, mais je ne me souviens pas d'un groupe de travail aussi prometteur.

Début avril, l'administration Labeaume promet 50 millions $ en cinq ans pour garder le Moulin à images et offrir un spectacle de rue inédit du Cirque du Soleil.

Le projet a frappé l'imagination et fait baver jusqu'à Montréal. Québec allait prolonger l'esprit du 400e et rester le point de mire.

L'opposition a compris que les citoyens étaient conquis et qu'il ne servirait à rien d'aller contre le projet. Elle a aidé à mieux attacher les ficelles, mais on savait que le maire aurait désormais le champ libre pour promouvoir sa vision d'une ville festive et attirante.

L'opération Sauvons le Red Bull Crashed Ice, menée le mois précédent, avait déjà donné le ton.  

À ceux qui s'inquiétaient de savoir s'il y aurait une vie à Québec après 2008, le bilan est rassurant :

Cirque et Moulin, exposition Bodies, Moulin à paroles commémorant les 250 ans de la bataille des Plaines (controversé, mais très réussi), gala de boxe au Colisée, Coupe Vanier au PEPS... Sans parler de la programmation habituelle, le Festival d'été en tête.

Profitant de l'élan, la Ville et le gouvernement du Québec ont relancé les projets d'un nouvel amphithéâtre, de nouveaux équipements sportifs et de championnats du monde.

Après plus de 10 ans de silence radio, Québec a recommencé à rêver d'Olympiques, ce qui nous projette quelque part dans les années 2020 ou 2030.

                    

Depuis un an, on a beaucoup parlé d'architecture. Le maire Labeaume a mené la charge contre le «façadisme», prônant la démolition des restes du Patro Saint-Vincent-de-Paul.

Il souhaite que Québec fasse désormais plus dense, plus vert, plus artistique et plus audacieux. Aux promoteurs prêts à le suivre, il propose de pouvoir construire un peu plus haut.

Pour bien se faire comprendre, il a amené avec lui une vingtaine d'architectes et de promoteurs à Chicago.

À la Cité verte de Saint-Sacrement, qui germe depuis quelques années, l'administration Labeaume veut ajouter deux autres quartiers écolos à D'Estimauville et à la Pointe-aux-Lièvres.

Un premier signal a été donné par le fédéral. Après des années d'hésitation, il construira un immeuble LEED à D'Estimauville.

Autre signe des temps, le Musée national des beaux-arts a lancé, pour son futur pavillon de la Grande Allée, un premier concours international d'architecture pour un musée québécois.

                        

Le «mauvais exemple» de Montréal a provoqué un débat sur l'éthique, le financement politique et l'octroi des contrats des organisations publiques.

La Ville de Québec a échappé à cette tempête, mais n'est pas à l'abri de la prochaine.

Le maire Labeaume a été de ceux qui ont réclamé des règles du jeu plus sévères. Il est aussi de ceux dont la popularité attire les entreprises et les firmes professionnelles.

Conscient des risques, M. Labeaume a d'ailleurs «chassé» de son bureau un lobbyiste trop «entreprenant» qui avait contribué à son élection et au financement de sa campagne.

                    

Un bilan n'est jamais complet sans la liste des «disparus» de l'année.

L'ancien maire Jean Pelletier, «réhabilité» sur la place publique pendant les Fêtes de 2008, est décédé en début d'année.

Max Gros-Louis, chef «folklorique» des Hurons-Wendat, a été battu par le pragmatique Konrad Sioui, qui a amorcé un rapprochement avec les «pouvoirs blancs».

Les deux derniers «dinosaures» de l'époque des anciennes villes, Ralph Mercier et Paul Shoiry, ont tiré leur révérence, même s'il ne serait pas étonnant de revoir un jour M. Shoiry.

Il ne reste donc que l'increvable Émile Loranger, à L'Ancienne-Lorette, qui a décidé de faire un autre tour de piste. Plus personne n'oserait dire que ce sera le dernier.

Celui qui a inspiré pendant 25 ans la programmation du Festival d'été, Jean Beauchesne, a quitté l'organisation, ce qui soulève nécessairement un point d'interrogation sur les contenus du plus important événement culturel à Québec.

Le plus grand disparu de 2009 aura été le Renouveau municipal de Québec, anciennement le Rassemblement populaire.

Le grand parti de Jean-Paul L'Allier, maître d'oeuvre de la relance de Saint-Roch, architecte des fusions et héraut de la démocratie municipale, n'a pas survécu au raz de marée de l'Équipe Labeaume.

Cela ouvre la porte à d'autres formes de débats et d'opposition à l'hôtel de ville pour la prochaine année.

Heureux temps des Fêtes!

De retour dans quelques semaines...

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer