Bénévoles, vraiment?

Encore cette année, le FEQ a inscrit le terme «bénévole» sur les macarons... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Encore cette année, le FEQ a inscrit le terme «bénévole» sur les macarons portés par les gens vendant les boissons durant l'événement. Mais le terme «bénévole» devrait être remplacé par un autre comme : «travailleur à pourboire», «travailleuse à pourboire» ou «employé(e) non rémunéré(e)».

En effet, les diverses définitions du terme bénévole font référence au principe de donner son aide volontaire sans être rémunéré. Ce qui n'est pas le cas ici. Les vendeurs de boissons sont rémunérés par nos pourboires et méritent de l'être en raison de la nature exigeante de leur travail. Faites le test de ne pas donner de pourboire et il y a de fortes chances, à juste titre, que la personne vous rappelle qu'elle est payée par nos pourboires. Ce qui démontre que ce ne sont pas des bénévoles à proprement dit.

Mais l'impact le plus déplorable de cette mauvaise utilisation de ce mot ici est d'en déformer le sens et un manque de respect pour tous les gens qui font du bénévolat de façon volontaire en donnant de leur temps pour diverses causes ou organisations sans rien attendre en retour. C'est pourquoi le FEQ devrait modifier l'expression utilisée.

Rémy Bédard, Québec




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer