Faire pression pour le pont

Comme l'écrit si bien Monsieur Marineau dans le Carrefour des lecteurs du 30... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Comme l'écrit si bien Monsieur Marineau dans le Carrefour des lecteurs du 30 juin, l'heure n'est sûrement pas à la fête pour célébrer les 100 ans du pont de Québec. Va-t-on assister à la promenade des politiciens qui viendront se pavaner devant le pont et la population pour cette soi-disant célébration? Pourquoi ne devrions-nous pas plutôt assister à une annonce du dénouement de la saga du financement pour la réfection et la peinture du vénérable pont centenaire?

Il faudra bien que les politiciens se rendent compte que laisser aller le pont à sa décrépitude risque fort de coûter encore plus cher à l'avenir. Et il faudra aussi que toutes les instances de la région de Québec concernées par le financement de la réfection du pont fassent pression auprès du gouvernement du Canada afin d'obtenir de lui un engagement plus ferme. 

Ce gouvernement n'a-t-il pas autorisé de dépenser 400 millions $ pour déconstruire l'actuel pont Champlain à Montréal, après la mise en service du nouveau pont Champlain actuellement en construction? Il est pas mal indécent de laisser en décrépitude un pont qui doit continuer à offrir un service essentiel entre les deux rives du Saint-Laurent à Québec pour de nombreuses années, en même temps que de dépenser la même somme de 400 millions $ pour en déconstruire un autre en fin de vie. Le gros bon sens doit primer pour sauvegarder le pont de Québec. Les députés libéraux fédéraux doivent questionner les décideurs du gouvernement du Canada sur un tel non-sens.

Yvon Plante

***

Venez confirmer la phase terminale!

Avant de sortir le dissident Nobel de la paix Liu Xiaobo de sa geôle, Pékin s'est assuré que son cancer du foie en était à sa phase terminale. Le régime communiste ajoute maintenant l'insulte à l'injure en conviant les sommités parmi les médecins étrangers à venir l'ausculter. Le cynisme des nouveaux mandarins dépasse l'entendement. Le grand Norman Béthune doit se retourner dans sa tombe au cimetière militaire des martyrs du nord de la Chine.

Sylvio Le Blanc, Montréal




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer