La politique, autrement

Bien souvent, avec les chiffres, il ne faut pas s'en tenir à une seule analyse.... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Bien souvent, avec les chiffres, il ne faut pas s'en tenir à une seule analyse. Lorsque le dernier sondage sur l'approbation du service rapide par bus (SRB) a été publié, l'importante baisse (de 77 % à 49 %) dans la popularité du défunt projet a retenu l'attention. Pourtant, il y avait plusieurs points positifs à retenir.

Pour une ville (et une région) dite de «droite», il est déjà en soi très étonnant que le SRB ait d'abord pu atteindre 77 % d'opinions favorables. C'est là un signe que l'image politique de la ville est probablement surfaite. De plus, que les opinions favorables se soient maintenues à près de 50 % et même légèrement en avance sur les opinions défavorables (47 %), malgré une campagne de lynchage radiophonique de ce projet, est franchement spectaculaire. De fait, aucune personnalité politique - pas même le maire Labeaume - n'a défendu avec passion ce projet. Il s'est défendu tout seul.  

Depuis au moins une quinzaine d'années, les radios «vive l'individualisme» de Québec ont une grande influence sur les priorités de la région, les politiciens voulant minimalement éviter de se les mettre à dos. En conséquence, les personnes qui, comme moi, aimeraient voir mis de l'avant de réels projets de société se retrouvent politiquement orphelins. 

Or, lorsque l'on additionne les résultats des sondages sur le SRB au fait qu'il n'y a pas si longtemps le NPD balayait la ville de Québec, il me semble qu'il y a dans ma ville énormément de place pour faire de la politique autrement que sur ce qui se dit à la radio. 

Eric Alvarez, Québec

***

Un pont ou la gratuité?

Je me posais la question suivante à la lumière des difficultés du dossier du SRB : avec 1 milliard $, pendant combien d'années financerait-on un service d'autobus «ordinaire» complètement gratuit pour les usagers? 

Je comprends qu'il faudrait acheter des autobus supplémentaires pour accommoder la hausse d'achalandage, mais avec un tel budget, il me semble qu'on ferait un bon bout de chemin. 

Pas d'investissements en infrastructures, que des autobus faciles à revendre si jamais ça ne fonctionne pas. 

Un service gratuit serait plus attractif qu'un réseau en site propre à mon avis. 

Cette option mérite d'être étudiée.

Louis Foy, Québec




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer