Lévis dernière de classe

Je suis entièrement d'accord avec le chroniqueur François Bourque à l'effet que... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Je suis entièrement d'accord avec le chroniqueur François Bourque à l'effet que le maire de Lévis, bien qu'aimant décrire sa ville comme chef de file du développement durable, a jeté l'éponge bien rapidement concernant le SRB et épousé la cause, portée par les chambres de commerce et le député conservateur local, du rétrograde et inadapté «troisième lien».

On ne peut reprocher à M. Lehouiller son engagement à développer le réseau cyclable de la ville et la doter de nombreux parcs. Cependant, son attitude mièvre envers le transport en commun est incohérente par rapport à son discours «vert» et à ses autres actions. Allons, M. le Maire, montrez-nous un peu de leadership.

Denis L'Homme, Lévis

***

On peut faire mieux

Il y aurait certainement une façon pour Québec et Lévis de s'entendre. J'ai travaillé des années à Edmonton et à Calgary. Ils ont chacun un système de train rapide qui est très populaire. J'en verrais un en partance, disons, de Saint-Apollinaire et de Lac-Beauport pour le centre-ville. Toute ville majeure dans le monde a ce type de système de transport en commun. 

À Edmonton, le train rapide a un contact direct près de l'ancien et du nouveau colisée pour le hockey. À Québec, nous avons deux colisées, pas de trains rapides, pas d'équipe de hockey, mais un problème de trafic après un événement.

L'autre jour, un aller-retour au centre-ville de Québec nous a coûté environ 26 $ à ma femme et moi. Le faire en voiture nous aurait coûté environ 2 $. Ce n'est pas le coût qui me titillait, mais le fait que chaque système n'accepte pas le transfert de l'autre. Pendant ce temps, des autobus sont vides ou presque.

Je suis contre le projet de troisième lien ou d'élargissement des autoroutes. Ce ne sont que des solutions à court terme, et tout sera à refaire dans quelques années. Commençons par entretenir ce que nous avons déjà. Quand nous traversons à pied ou à vélo le pont de Québec, on ne peut pas rencontrer d'autres passants car ce n'est pas assez large. Le viaduc pour piétons et cyclistes qui passe en dessous de la route 175 qui va au pont n'est même pas déblayé l'hiver, même s'ils déblaient la piste cyclable de chaque côté du viaduc.

Guy Roussel, Lévis




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer