Consultation surréaliste

J'ai assisté à une partie de la consultation organisée par la Ville de Québec... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

J'ai assisté à une partie de la consultation organisée par la Ville de Québec sur le programme particulier d'urbanisme (PPU) - pôle urbain Belvédère, l'après-midi du 30 mars.

Cette forme de consultation où l'expression du point de vue citoyen est compressée à sa limite, soit cinq minutes pour les personnes qui ont déposé un mémoire et trois minutes pour celles qui n'en ont pas déposé.

La période de consultation donnait l'impression d'une course contre la montre, chacun voulant passer son message, mais ne disposant que de très peu de temps pour le faire. L'intérêt pour la Ville est probablement le suivant : amener les citoyens à limiter grandement leurs commentaires pour aller au strict nécessaire, à l'essentiel. Si la Ville devait être amenée à rendre des comptes, elle n'aurait qu'à faire valoir que ce sont les choix des citoyens eux-mêmes. 

Les représentants de la Ville ont expliqué ce choix par le fait que beaucoup de gens ou d'organisations voulaient s'exprimer. Mais quelle est l'urgence dans ce secteur? Est-ce que les promoteurs sont si pressés de construire? Pourtant monsieur Maranda qui s'est exprimé a fait référence à un article du Soleil rapportant le fait que l'Industrielle Alliance songe à désinvestir des édifices à bureaux en raison du vieillissement de la population. 

Aux yeux des personnes qui se sont exprimées, il apparaissait clair que les préoccupations en matière de verdissement n'étaient pas suffisantes, les protections des aires vertes apparaissaient faibles, de même que la hauteur permise pour les nouveaux édifices ou encore les mesures plus favorables à une cohabitation harmonieuse entre le résidentiel et les autres fonctions. À titre d'exemple, si la Ville entend réellement favoriser le maintien de familles dans ces quartiers, notamment à proximité des pôles d'emploi mentionnés, des précautions sont à prendre pour ce qui est de la circulation, du bruit et des systèmes de ventilation des édifices susceptibles d'être construits.

Nicole Moreau, Québec

***

Dites non

Évitant de condamner l'augmentation de la rémunération des dirigeants de Bombardier, Philippe Couillard n'a pu faire mieux que de «se demander si le moment était bien choisi si on se place dans la perspective des travailleurs». La réponse est pourtant simple : N-O-N! Ainsi, plutôt que de poser la question, on se serait attendu, de la part d'un premier ministre digne de ce nom, à qu'il donne une réponse ferme au nom des citoyens qu'il est censé représenter.

Jean-Paul Plante, La Malbaie




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer