L'héritage de madame Sutto

De tous les reportages et les commentaires entendus depuis l'annonce du décès... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

De tous les reportages et les commentaires entendus depuis l'annonce du décès de Janine Sutto, il en est un qui fait l'unanimité, à savoir la passion pour le métier qu'elle a exercé pendant sept décennies.

Une passion qui ne s'est jamais démentie dans les quelque 200 rôles qu'elle a joués pendant sa carrière d'artiste accomplie. Cette passion était la bougie d'allumage qui lui a permis de mériter l'admiration sans bornes de son public et de ses camarades de travail.

Janine Sutto, parlant de son métier, disait: «Le public s'imagine que les acteurs ont une vie glamour. Ils n'ont pas idée comment ça peut être dur. D'abord parce que c'est un métier qui sort de toi. T'as besoin d'une grande santé physique et mentale pour l'exercer. Mais je ne suis pas une martyre. J'ai aimé passionnément ce métier».

Mme Sutto, s'il est un héritage dont vous pouvez être fière, c'est d'avoir su communiquer cette passion, dont les effets ont rejailli sur les dizaines de comédiens que vous avez côtoyés tout au cours de votre carrière. Pour cela, votre public ne peut qu'exprimer une reconnaissance à la mesure de votre talent.

Henri Marineau, Québec

***

Un budget d'apparences

J'ai un doute quant au bon usage linguistique de mon titre. Mais ce je que j'ai en tête en l'écrivant, c'est comment le dernier budget provincial me semble être de surface, pour bien paraître tout en cachant l'essentiel, en vue d'une réélection. Rapidement, deux points me turlupinent.

Pourquoi réduire le fardeau fiscal de 55$ pour tous, plutôt que le réduire de 550$ pour les pauvres et l'augmenter tout autant pour les riches? C'est un exemple grossier avec des chiffres fictifs. C'est le principe qui m'importe.

L'autre chose, c'est le fameux programme RénoVert. Suis-je le seul à penser que c'est l'entrepreneur qui empoche l'argent? Car, c'est fort curieux, il me semble que les soumissions présentent souvent un prix total supérieur pendant l'application dudit programme, par rapport aux mêmes travaux demandés pendant une autre période. Au final, cela me semble davantage un gain de paperasse au moment de faire sa déclaration...

L'expression «changer quatre trente sous pour une piastre» me semble toujours d'actualité. Et mon souhait de voir la distribution de la richesse s'apparenter à une courbe normale demeure malheureusement une utopie.

Mario Bérubé, Lévis




À lire aussi

  • Le «garde du corps» de Janine Sutto

    Arts

    Le «garde du corps» de Janine Sutto

    Enseignante, copine, amie, alliée, consultante, confidente... Le directeur du Théâtre des Grands Chênes de Kingsey Falls, Jean-Bernard Hébert, ne... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer