Faire payer les pauvres?

Le chef du Parti québécois, monsieur Jean-François Lisée, propose de financer... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le chef du Parti québécois, monsieur Jean-François Lisée, propose de financer en partie le Service rapide par bus par la mise en place d'une taxe foncière spéciale destinée aux propriétaires des immeubles qui longent le trajet du SRB.

Si, à première vue, l'idée de vouloir faire payer les propriétaires immobiliers qui profiteront de la hausse de la valeur des immeubles peut sembler logique, elle risque plutôt d'entraîner un fardeau financier supplémentaire pour les ménages locataires.

Selon les règles actuelles de fixation des loyers, la variation annuelle des taxes foncières municipales est refilée entièrement en augmentation de loyer aux locataires des immeubles. Ainsi, une taxe foncière supplémentaire serait en fin de compte assumée non pas par le propriétaire immobilier qui profitera de la plus-value foncière occasionnée par l'instauration du SRB, mais bien par les locataires résidant dans l'immeuble concerné.

Selon le trajet envisagé, le SRB traversera Limoilou, Saint-Roch et Saint-Sauveur, des quartiers composés à forte majorité de locataires, dont la plupart disposent de revenus fort modestes. Il serait injuste de leur refiler la facture du SRB, eux qui doivent, de surcroît, déjà composer avec la gentrification des quartiers populaires de Québec et ses effets inflationnistes sur le prix des loyers.

Jonathan Carmichael, Organisateur communautaire au Bureau d'animation et information logement, Québec 

***

Qui doit payer?

Si le bien-fondé du recours collectif reste discutable, il n'en demeure pas moins qu'au final, ce sont les payeurs de taxes qui auront à en défrayer le coût dans l'éventualité où la justice donnerait raison aux demandeurs.

Or, dans ce qu'il convient désormais d'appeler le «cafouillage de la 13», comment peut-on ignorer la responsabilité d'une part, de l'entreprise privée responsable du déneigement et d'autre part, des entreprises de camionnage qui ont refusé d'être remorquées en dépit de l'ordre d'évacuation qui leur était signifié par la Sureté du Québec?

Est-ce vraiment à l'ensemble des citoyens à payer pour une somme d'erreurs commises, au premier chef, par un ministre fantôme et par des personnes provenant autant des secteurs public que privé, qui ont contribué à des degrés divers au déplorable résultat que l'on a connu?

Jean-Paul Plante, La Malbaie




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer