L'hypothèque du Port

En réaction à l'éditorial «Les zones grises de Beauport 2020», paru le 7... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En réaction à l'éditorial «Les zones grises de Beauport 2020», paru le 7 février

Le texte de Pierre Asselin soulève les importantes questions de la nature des éventuels utilisateurs de l'agrandissement du port et de la justification de la pertinence du projet : financer sa réfection. J'aimerais ajouter que c'est un non-sens total d'agrandir le port pour en financer la réfection et remédier à sa désuétude. C'est une fuite en avant, c'est continuer à creuser quand on est déjà dans le trou!

Si la cagnotte du Port est insuffisante pour mettre à niveau les installations actuelles, c'est parce que l'APQ n'a pas fait les provisions suffisantes pour l'avenir, parce qu'elle n'a pas facturé suffisamment ses utilisateurs, parce qu'ils sont majoritaires au C.A. du Port de Québec. Ce n'est certainement pas en grossissant ses installations, donc ses besoins en entretien et son budget de fonctionnement, qu'on résoudra ce cercle vicieux et ce conflit d'intérêts. 

Avec ce projet Beauport 2020, ce ne sont pas les terrains du port qu'on hypothèque, puisque la loi l'interdit : c'est la précieuse et réputée bordure fluviale de Québec qu'on sacrifie pour éviter des frais aux principaux armateurs du Port de Québec. 

Normand Lemyre, Lévis

***

La pointe de l'iceberg?

L'actuelle bâtonnière du Barreau, Claudia Prémont, a vu son salaire annuel augmenté à 308 000 $ par un obscur comité avec lequel elle se dit «solidaire». Elle ajoute n'avoir aucune opinion sur la justesse ou sur l'opportunité de ces émoluments immodérés, près du double de ceux du premier ministre.

C'est là n'importe quoi. Ça en dit long sur son type de gestion et ses valeurs personnelles. Au diable, la dépense! À même les cotisations des avocats, assez élevées à ce qu'on dit, on peut imaginer la culture dépensière qui règne au royaume de Mme Prémont.

Les ordres professionnels sont indépendants et les décisions qui s'y prennent échappent à l'oeil du public. Je ne suis pas avocat et ne voterai donc pas à l'élection du Barreau en mai prochain. J'espère seulement que les principaux intéressés y regarderont de près. Peut-être l'apparente indolence de leur dirigeante n'est-elle que la pointe de l'iceberg?

François Maupetit, Lévis

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer