Mon père, un homme droit et bon

Hier soir, lors des événements ignobles à la mosquée de Sainte-Foy, plusieurs... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Hier soir, lors des événements ignobles à la mosquée de Sainte-Foy, plusieurs familles ont été bouleversées à jamais. C'est le cas de la mienne, alors que mon père a perdu la vie aux mains d'un fou.

Mon père, un homme droit et bon, un exemple de résilience, un homme aimé de tous, un professeur et un chercheur émérite, un battant, qui a quitté son pays pour donner une chance à sa famille de vivre loin de l'horreur. Le destin nous a rattrapés. 

Aujourd'hui, toute la communauté arabo-musulmane du Québec est sous le choc. Mais nous resterons solidaires, fiers et forts. Merci aux centaines de gens qui nous ont appelés, qui nous ont envoyé leurs condoléances, qui nous ont visités. Votre appui est essentiel pour nous. Ensemble, nous vaincrons de la haine et de l'ignorance. Mon père ne sera pas mort en vain.

Love,

Amir Belkacemi, Québec

***

Le sens des religions

En tant que membre du Carrefour Foi et Spiritualité de Bordeaux-Cartierville, et artisan de sa mise en place pendant plusieurs années, je veux exprimer ma totale solidarité et mes plus sincères condoléances à mes frères et soeurs musulmans. Une attaque contre vous en est une contre nous tous. Les religions, quelles qu'elles soient, n'ont de sens que si elles constituent des chemins vers ce que nous avons de meilleur en nous-mêmes : la tendresse, la bonté, l'amour, la compassion, la justice, la paix, le pardon; elles n'ont de sens que si elles rassemblent des hommes et des femmes qui, librement, ont décidé de se faire artisans et artisanes de ces valeurs qui sont source de vie et de fraternité.

Que ces événements, loin d'alimenter la haine et le désir de vengeance, nous rapprochent les uns les autres et renforcent notre détermination commune à dénoncer toute tentative d'instrumentaliser une religion pour semer la haine, l'intolérance, la xénophobie et la division.

Pierre Prud'homme, Laval

***

Je ne peux comprendre

Habituellement, mon métier d'écrivain me permet de traduire mes émotions sous forme de mots, généralement les plus jolis de la langue française. Or, ces mots se bousculent dans ma tête et ne peuvent en sortir correctement afin de bien souligner mes états d'âme par rapport à ce qui s'est passé à la mosquée du chemin Sainte-Foy... sinon, je pourrais vous dire que j'ai mal à Québec et que j'en ai profondément honte! Je ne croyais pas dire cela de ma ville, un jour! 

Tout cela pour témoigner mon soutien envers la communauté musulmane de la capitale nationale. Je me sens triste et honteux d'être un être humain, croyez-moi!

Luc J. Vigneault, Québec

***

Tout cela ne te ressemble pas

Québec

T'as juste à me dire qui t'a blessé

Car je ne trouve plus rien, je ne vois plus rien

Qui blesse, écoute-moi, regarde-moi

Tout cela ne te ressemble pas, cela n'est pas toi

Je te tends ma main dans ce froid et je sens que

La bêtise humaine ne te ressemble pas

Je prends la neige et je me rappelle que

Tout cela ne te ressemble pas, cela n'est pas toi

Ton peuple affable et avenant

Lève des fleurs et rien d'autre

Aux autres que tu rends vôtres

Tes martyrs seront toujours là

Sur tes rues proches de Myrand et d'Hochelaga

Leurs graines tu les trouveras

Jouer sur tes terres incha Allah, tu les verras

Par milliers mais pour l'instant, écoute-moi, regarde-moi 

J'aimerais te dire que si tu pleures je ne te laisserai pas

J'aimerais te dire que si tu baisses la tête, je te montrerai cette hirondelle qui vole 

J'aimerais te dire que si tu as de la neige dans tes yeux, alors

Le printemps arrivera et presque tout partira car

Tout cela ne te ressemble pas, cela n'est pas toi

Slim Saïdani, immigrant musulman qui a résidé 20 ans dans la belle ville de Québec, Tunisie

Les mots, pour unir

L'odieuse attaque à la mosquée de Sainte-Foy nous montre une fois de plus que la vie est fragile et que la paix n'est jamais acquise. Ma prière va aux victimes et aux familles endeuillées, aux enfants orphelins de leur père. Je me sens solidaire de la communauté musulmane, spécialement celle de la paisible ville de Québec. La haine n'a pas de religion.

C'est toujours bouleversant de voir des vies innocentes fauchées par de tels actes absurdes. Que l'attaque arrive dans des lieux hautement symboliques, comme les églises, les mosquées et les synagogues, dépasse l'entendement. Répondons avec plus d'amour et de respect, en dénonçant les discours racistes, en s'élevant contre toute forme de violence.

Nous ne savons pas encore ce qui a poussé Alexandre Bissonnette, étudiant en sciences politiques à l'Université Laval, à commettre l'irréparable en tuant six hommes pendant qu'ils priaient et en blessant cinq autres gravement. Victime d'intimidation dans sa jeunesse, il laisse une famille totalement dévastée.

Nous sommes faits pour aimer, non pour haïr. Comme on le voit dans ce genre de tragédies, les gens se rassemblent, bougies et fleurs à la main, pour se recueillir, pour vivre la compassion, pour témoigner leur solidarité. Nous sommes tous frères et soeurs en humanité. Ouvrons-nous aux autres et apprenons à mieux nous connaître par la confiance et le dialogue, le partage et la fraternité. 

Je sais, ce ne sont que des mots, mais que serions-nous sans eux? Les mots peuvent diviser ou unir, éteindre la petite flamme en nous ou apporter la lumière au coeur même de la nuit. Ils peuvent alimenter les préjugés ou les dénoncer, ouvrir les fenêtres ou les fermer. Choisissons-les bien pour garder vivante l'espérance à bâtir un monde meilleur. 

Jacques Gauthier, Gatineau

***

Les braises de l'intimidation

Elles se réaniment quelquefois après avoir couvé sans signe apparent d'activité durant des années, comme un volcan endormi. Les mécanismes complexes de l'intimidation se sont mis en place au cours des années où l'école est restée sourde et aveugle au phénomène. Comme parent d'un enfant victime d'intimidation, on pouvait même se faire dire des inepties du genre : «Voulez-vous bien me dire qu'est-ce qu'il fait votre enfant pour que les autres le ridiculisent de la sorte?»

On n'a pas été à court de contorsions mentales pour éviter d'appliquer le minimum de discipline nécessaire à la socialisation de nos jeunes, laissant ainsi le champ libre aux intimidateurs et aux taxeurs.

Les petits monstres en liberté qui sévissaient dans la cour d'école ont vieilli et la plupart se sont assagis. Il y en a peut-être quelques-uns aujourd'hui qui se souviennent s'être bien amusés aux dépens d'un de leurs petits camarades prénommé Alexandre. Quels sont les sentiments qui les habitent aujourd'hui, alors qu'ils réalisent leur petite part de responsabilité dans l'explosion de la bombe qu'ils ont eux-mêmes amorcée il y a si longtemps qu'ils l'avaient presque oubliée?

L'intimidation chez les jeunes, ce sont des braises qui se réaniment subitement quand Internet, les médias et les réseaux sociaux leur fournissent de l'oxygène et de la matière combustible. En laissant nos jeunes sans défense dans la jungle de l'école et en niant la détresse de certains, il ne faut pas se surprendre des dommages qui refont surface dans la tête des plus fragiles lorsque les fils mis à nu se touchent et provoquent des courts-circuits.

André Verville, Lévis

***

Ouverture, tolérance et courage

Il faut pleurer les victimes de cet attentat insensé commis contre nos concitoyens musulmans dans notre calme et pacifique région de Québec. Il est inadmissible que de tels gestes extrêmes soient posés dans notre société ouverte et démocratique qui permet à chacun d'exercer (ou non) sa religion avec la ferveur désirée. Espérons qu'il s'agit d'un geste isolé et que d'autres fanatiques de droite, inspirés par l'extrémisme de Trump ou de propos racistes issus de certaines radios, seront rapidement dépistés. 

En ce moment difficile, nos pensées de réconfort et de soutien s'adressent en premier lieu aux familles directement touchées par la mortalité ou les blessures à des êtres chers, et en second lieu à toute la communauté musulmane de Québec et Lévis et leurs amis. Souhaitons que cet événement inacceptable renforce notre solidarité et notre compréhension mutuelle. 

Durant leurs trois siècles d'implantation dans la vallée du Saint-Laurent, les Québécois et Québécoises ont manifesté à maintes reprises leurs capacités d'ouverture, de tolérance, de courage, de générosité et aussi de résilience. Il faut absolument poursuivre dans cette voie!

Gaston Cadrin, Lévis

***

Quand apprendrons-nous?

J'assistais à des funérailles vendredi dernier et pas un seul instant ne m'a effleurée l'idée que des terroristes pourraient surgir dans l'église pour tirer sur la foule. Si le Christ n'était déjà ressuscité de son tombeau, je pense qu'il en surgirait maintenant en se demandant si c'est bien sur la planète Terre qu'il est venu, il y a plus de 2000 ans, proposer de remplacer la loi du Talion, «OEil pour oeil, dent pour dent», par «Aimez-vous les uns les autres». Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'on est plutôt lents à intégrer son message! Répondre à la peur par la violence ne peut qu'entraîner encore plus de violence.

En tant qu'ex-enseignante, je sais que tout passe par l'éducation et qu'il en faut du temps pour éduquer nos enfants, chaque jour, à la tolérance et aux défis que pose un vivre-ensemble empreint de respect des différences, d'harmonie, de sécurité et de partage. Chaque petit pas, aussi humble soit-il, nous acheminera vers cet idéal, de nous aimer les uns les autres. Il est grand temps de nous atteler à la tâche!

Hélène Blouin, Boischatel

***

Des Québécois ont été tués

Ce ne sont pas des musulmans qui sont morts, mais des Québécois comme moi. Ces gens-là étaient des citoyens exemplaires. Ils vivaient selon leurs croyances et leur culture, comme nous tous. Aujourd'hui, nous pleurons leur départ comme nous pleurons la mort de tout citoyen. C'est la façon dont le drame s'est produit qui m'inquiète. Pourquoi s'en prendre à ces Québécois, probablement plus Québécois que certains d'entre nous?

Sommes-nous entrés dans une géhenne d'intolérance qui ne ressemble pas du tout aux autres folies meurtrières? Bref, jamais, au grand jamais, je me serais attendu à pareille folie, à pareil délire dans ma ville. Peut-être que nos gestes, et parfois nos mots, dépassent les bornes. Qui sait!

Lévis Bouchard, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer