Cachez ce sondage...

Invités à se prononcer par sondage sur les moeurs de plusieurs personnalités... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Invités à se prononcer par sondage sur les moeurs de plusieurs personnalités publiques, notamment Jean Charest et Sam Hamad, les membres du Parti libéral du Québec (PLQ) devront faire le deuil des résultats de ce sondage, les libéraux ayant décidé de le passer à la déchiqueteuse, un coup de sonde éventé provenant des médias aurait forcé le parti à agir de la sorte.

Et, pour ajouter à la mascarade, le porte-parole du PLQ, Maxime Roy, argue qu'il «n'a pas eu accès aux résultats». Voilà pour la version officieuse. En ce qui me concerne, j'ai de sérieux doutes concernant cette version des faits. J'ai plutôt l'impression que les résultats qui en sont ressortis contenaient des commentaires plutôt gênants, voire compromettants, au sujet de MM. Charest et Hamad, et qu'ils risquaient de faire remonter une odeur putride émanant des pratiques pour le moins douteuses des deux principaux intéressés en matière d'éthique professionnelle. En termes clairs, la base du PLQ, en l'occurrence ses membres, a placé une «patate chaude» entre les mains des libéraux qui n'avaient guère d'autre choix que de détruire les résultats de ce sondage, faute d'arguments pour les contredire.

Henri Marineau, Québec 

***

La langue de bois

Le 10 janvier dernier, le nouveau ministre fédéral du Commerce international, François-Philippe Champagne, donnait une première entrevue «très langue de bois», où il disait qu'il allait oeuvrer pour le bien-être de la classe moyenne. Je dois dire que j'en ai ras le bol d'entendre tous ces politiciens parler en faveur de cette classe. Comme s'il n'y avait qu'elle d'importante dans la société. Je rêve du jour où un ministre, premier ou autre, prendra la parole dans un local de Moisson Montréal ou de la Maison du Père pour nous parler en faveur des classes moins moyennes et pauvres. Mais les ministres vont toujours faire leur lénifiant discours devant les Chambres de commerce, car c'est toujours plus rassurant, semble-t-il, d'être entre confrères qui parlent la même langue. Cette langue, c'est celle du psittacisme, soit la langue du perroquet qui répète toujours les mêmes mots, soit, entre autres ici, celui de classe moyenne. Cette langue est une disposition d'esprit ou trouble mental que décrit très bien dramaturge de l'absurde Eugène Ionesco dans sa pièce La cantatrice chauve. Un trouble toujours bien contemporain.

Michel Lebel, Entrelacs

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer