Héritage Labeaume

Le maire Régis Labeaume a mentionné, lors d'une entrevue en décembre, qu'il... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le maire Régis Labeaume a mentionné, lors d'une entrevue en décembre, qu'il voulait laisser le service rapide par bus (SRB) aux citoyens de Québec comme héritage politique.

Monsieur Labeaume, votre héritage, nous l'avons déjà. Il se situe à ExpoCité et nous a coûté près de 400 millions $. Il faut trouver le moyen de désengorger les ponts pour rendre plus fluide la circulation automobile aux heures de pointe. Est-ce par la construction d'un troisième lien, l'installation d'un tramway, d'un SRB ou tout simplement par l'amélioration des parcours 800 actuels? 

Lors de la confection du plan de mobilité durable, le maire avait écrit que la Ville n'avait pas à faire, à la place des citoyens, le choix du meilleur mode de déplacement. Elle a la responsabilité de développer les infrastructures et les services qui permettent aux citoyens d'exercer un véritable choix de mobilité. Monsieur le Maire, dans une société démocratique, comme vous le dites, la participation active des citoyens aux processus qui mènent aux décisions qui les touchent de près est un indicateur de vitalité.

Jocelyn Boily, Québec

***

Espoirs de paix

L'année 2016 s'est terminée avec deux révolutions. La première, où la Russie et la Turquie se sont entendues pour arrêter la guerre et la violence en Syrie. S'ils arrivent à réussir à convaincre les belligérants, ce serait une décision extraordinaire, même si elle arrive tard, après cinq ans de violence meurtrière. Quel sort sera réservé à Bachar Al-Assad? On n'en parle pas. 

La deuxième révolution, dans une résolution de l'ONU prise à l'unanimité, avec l'abstention des États-Unis et non leur veto, pour dire à Israël d'arrêter dorénavant les colonies juives dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967. On ne parle pas non plus du sort des 250 colonies juives déjà installées. Le secrétaire d'État américain va plus loin en prônant deux États indépendants en Terre sainte, Israël et la Palestine, ayant tous les deux comme capitale Jérusalem. Les États-Unis ont devancé ainsi l'arrivée du futur président Trump, qui prend possession du pouvoir le 20 janvier et qui semble être trop pro-Israël, contre les Palestiniens. Si ces deux bonnes révolutions réussissent à se maintenir, on peut espérer que la paix mondiale est à la porte.

Père Paul Karim, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer