Tests internationaux Pisa et taux de chômage «améliorés»

Les décrocheurs, qui représentent une proportion importante de... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Les décrocheurs, qui représentent une proportion importante de nos élèves de 15 ans au Québec, n'ont jamais passé et ne passeront jamais les fameux tests Pisa, souligne l'auteur.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

En réaction au texte «Silence sur nos premiers de classe...» publié le 31 décembre


M. Louis-Xavier Roy ne sait-il pas que nos décrocheurs, qui représentent une proportion importante de nos élèves de 15 ans au Québec, n'ont jamais passé et ne passeront jamais les fameux tests Pisa? Ne sait-il pas qu'une portion importante de directeurs d'écoles publiques ont suivi le mot d'ordre de 2015 émis par leurs représentants de ne pas faire passer les tests en question pour faire pression sur le gouvernement afin d'obtenir des augmentations de salaire et que cela signifie pour l'essentiel que ce ne sont que les écoles privées qui ont fait passé les fameux tests à leurs élèves? Même les responsables des tests Pisa au Québec invitaient la population à faire preuve de prudence quant à l'interprétation des résultats pour le Québec. 

Toutes choses n'étant pas égales par ailleurs, ne pourrait-on pas faire un indice plus représentatif en multipliant les résultats des élèves de 15 ans de chaque pays ou région par le pourcentage de leur présence réelle en classe? Imaginez-vous, si on ne tient même pas compte de ces réalités importantes dans ce classement, de quelles autres réalités n'a-t-on pas tenu compte dans ces statistiques? Avant de parler de statistiques, il faut d'abord bien contrôler les sources de biais. Si des sources évidentes de biais ne sont même pas contrôlées, que faut-il penser des autres?

Il semble bien que tout le monde de l'éducation ferme leur boîte quand ça fait leur affaire. Ça me rappelle la fameuse baisse historique du taux de chômage québécois à 6,2 % alors que depuis l'an 2012 il y a eu, il y a et il y aura en moyenne jusqu'en 2020 jusqu'à 125 000 nouveaux retraités par année. C'est à croire qu'ils partiraient tous à la retraite avec leur job! À ce sujet, on a jusqu'en l'an 2020 pour tenter «d'améliorer» la démagogie gouvernementale tous partis confondus, qui consiste à prendre les citoyens pour des poires.

Churchill disait à peu près ceci: il y a trois types de mensonge: il y a d'abord les mensonges, puis les gros mensonges et finalement les statistiques. Vos propos d'aujourd'hui m'ont rappelé Churchill, et que nous manquons cruellement d'hommes et de femmes d'État sous nos latitudes.

Jacques Tremblay, enseignant retraité en mathématique 4e secondaire, Sainte-Luce

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer