Ne pas oublier

Frédérick Gingras a comparu par vidéoconférence mardi après-midi.... (PHOTO Martin Chamberland, LA PRESSE)

Agrandir

Frédérick Gingras a comparu par vidéoconférence mardi après-midi. Il a été formellement accusé des meurtres prémédités de James Jardin et Chantal Cyr et de tentatives de meurtre avec une arme à feu à l'endroit d'Annie Baillargeon et de Gérard Lalonde.

PHOTO Martin Chamberland, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Toute cette folle cavale du jeune Frédérick Gingras est d'une infinie tristesse: un cortège de morts et de souffrances. Et aussi un jugement sur une société qui ne sait pas vraiment quoi faire devant des cas très sérieux de maladie mentale; une personne psychotique chronique est remise en liberté, malgré des signes évidents, voire prémonitoires, de dérapages sérieux possibles. C'est ce qui est arrivé avec le jeune homme de Repentigny. 

Comme sa mère le souhaitait depuis quelque temps, il aurait dû être interné et soigné. Mais plusieurs refusent de voir cette vérité en face, croyant que la liberté de la personne en société est toujours le meilleur choix. Mais ceci est une vue de l'esprit! Non! Ce n'est pas toujours le cas. Une sérieuse et urgente réflexion sociétale s'impose à la suite de ce drame qui n'aurait pas dû avoir lieu. Un drame qui risque de se répéter s'il est oublié. Et l'oubli est ici une grande tentation, car la peur devant pareil horrible acte de folie est bien là.

Michel Lebel

Entrelacs

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer