L'épine au coeur

Chaque 6 décembre nous rappelle cette tragédie de 1989 où un jeune homme a... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Chaque 6 décembre nous rappelle cette tragédie de 1989 où un jeune homme a laissé éclater sa haine envers les femmes. La venue des médias sociaux nous fait constater que cette haine se perpétue chez une certaine catégorie d'hommes.

Ils sont de tous les âges et de toutes les strates sociales : ça va du simple militaire au président, en passant par le proxénète, le gars de la construction et le député. Des petits hommes à la recherche de leur masculinité. Sur l'ensemble de la planète, les femmes constituent le groupe humain le plus méprisé, ridiculisé, intimidé, dénigré, menacé, harcelé, agressé... Partout dans le monde, on exploite leur travail et leur sexualité. Leur sueur et leur sang enrichissent les mafias, les industries, les États... ou, plus localement, leur père, leur mari, leur fils. Partout et depuis toujours, on profite de leur naïveté, on cultive leur docilité et on abuse de leur générosité. Malgré tout cela, il y a encore des femmes qui espèrent - et qui oeuvrent à - civiliser cette race de petits hommes qui ont l'épine au coeur.

Hélène Marquis, Québec

***

«Job de bras» faite à 90 %

Je ne connais personne dans le système de santé qui perçoit le moindre signe d'amélioration depuis la mise en place de la réforme de Gaétan Barrette. Comme médecin de famille, j'assiste à la destruction progressive de notre capacité à donner des soins de qualité. Il m'apparaît inconcevable que tout le Québec soit à la merci d'une vision connue et partagée par seulement deux personnes dans tout le Québec (M. Fantôme Couillard et M. Barrette).

«Faites-moi confiance», dit M. Barrette, tout en avouant qu'il ne se gêne pas pour mentir pour arriver à ses fins. Une fois sa réforme terminée, on aura droit à la disparition des cliniques médicales de proximité, à la mainmise des super-cliniques lucratives et à l'obligation de faire affaire au système privé pour avoir accès à des soins humanisés. Avec tout le contrôle octroyé au seul ministre de la Santé, j'ai hâte de voir M. Barrette crier au meurtre lorsqu'il sera remplacé par une personne évidemment incompétente à ses yeux. 

Bruno Tremblay, Beauport

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer