Dialogue avec l'histoire

J'avais été choquée, en juin 2015, de la destruction de l'oeuvre, un geste... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

J'avais été choquée, en juin 2015, de la destruction de l'oeuvre, un geste primitif en ce qui me concerne. Je constate la volonté de certains de nous la restituer, ce qui corrigerait l'offense faite à son créateur, et à nous qui aimons l'art. À mon arrivée à Québec, c'est cette oeuvre qui m'a accueillie le plus fortement, j'en saisissais le sens, la puissance d'évocation.

Le choix de son emplacement était idéal en ce qu'il soulignait l'arrivée des premiers colons (tout près du fleuve) et nous invitait à regarder vers le haut, la ville, ce qu'elle était devenue au fil des siècles. C'est sur ce même emplacement que devrait être installée l'oeuvre recréée. Au pire, devant le Musée de la civilisation (plus proche de l'art moderne), mais certainement pas au Musée national des beaux-arts du Québec, dont la vocation est tout autre.

Thérèse Simard, Québec

***

Marois et Lisée, même galère

En conclusion d'un colloque sur les 40 ans de l'accession du Parti québécois au pouvoir, l'ex-première ministre, Pauline Marois, estime que le revers électoral de 2014 s'explique par le refus de s'engager à ne pas tenir de référendum sur l'avenir constitutionnel dans un premier mandat. 

Un argumentaire qui épouse à la lettre la stratégie du nouveau chef du PQ, Jean-François Lisée.

Deux politiciens qui semblent incapables de concilier le «bon gouvernement» provincial et le processus d'accès du Québec à son indépendance alors que, dans les faits, la raison d'être de la création du Parti québécois de René Lévesque prônait l'accès du Québec à son statut de pays... il y a près de cinquante ans!

Or, comment espérer mobiliser la population du Québec autour du projet de pays si la cause inhérente à la création du PQ est reléguée dans le placard sous prétexte que les Québécois ne sont pas prêts à se prononcer par voie référendaire ? C'est la quadrature du cercle. L'indépendance du Québec se transforme en boîte de Pandore qu'il vaut mieux ne pas ouvrir.

Pourtant, dans mon esprit, la mobilisation devrait émerger d'un discours carrément engagé sur la voie de l'indépendance à défaut de quoi le PQ continuera de végéter dans les sentiers sinueux des «conditions gagnantes»... attendues depuis les suites au référendum de 1995!

Henri Marineau, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer