Sacré scandale à l'Assemblée nationale!

La semaine dernière, le président de l'Assemblée nationale s'offusquait que les... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La semaine dernière, le président de l'Assemblée nationale s'offusquait que les députés de Québec solidaire aient tourné le dos lors du vote de la loi 70.

Monsieur Chagnon considère indigne qu'un parlementaire puisse poser un tel geste, un manquement flagrant envers le sacré du décorum de nos institutions démocratiques. Pour ma part, je trouve plutôt scandaleux de proposer une telle loi s'attaquant aux plus démunis de notre société. Cette loi parmi tant d'autres de ce gouvernement transfigure l'identité même de notre société qui s'est donné au cours des quatre dernières décennies le mandat de protéger ses plus démunis. Je trouve scandaleux tous ces partis qui avec seulement 42 % du vote populaire s'arrogent 100 % du pouvoir et mettent en place des politiques néolibérales non désirées par la majorité de vos concitoyens. Je trouve scandaleux ces politiciens, comme Justin Trudeau, qui tentent désespérément de se débarrasser de promesse politique encombrante, telle que la réforme électorale. Alors, vous voyez, Monsieur Chagnon, nous aussi, nous avons beaucoup de raisons de crier au scandale!

Sylvie Boulianne, Montréal

***

La «clause nonobstant»

Donald Trump est un chevalier d'industrie et un menteur. Mais ses électeurs savent qu'il a du cran et ils ont acheté son message portant sur la défense de leurs valeurs et de leurs intérêts. Ils étaient prêts à prendre la chance (bien réelle) de se faire arnaquer, tant leur espoir était fort.

Au Québec, le premier ministre Couillard et sa ministre Vallée devraient réfléchir au message que les électeurs américains ont envoyé à leurs politiciens. Le projet de loi téléguidé par M. Couillard sur la neutralité de l'État correspond-il, selon lui, à l'évolution de la société québécoise et répond-il aux aspirations des Québécois? Ou a-t-il peur de se faire rabrouer par les juges? À moins qu'il ait tout simplement décidé de se maintenir au pouvoir en évitant toute controverse avec les minorités et leurs éléments extrémistes. Mais ça, c'est un petit jeu dangereux. La «clause nonob­stant», ça existe et ça ne demande même pas de courage pour l'utiliser. Juste la volonté de respecter un consensus social qui correspond à ce que l'on a voulu se donner comme société. Justin Trudeau peut, lui, s'appuyer sur l'opinion publique d'un Canada anglais qui accepte un multiculturalisme tous azimuts destiné à marginaliser le Québec. Pas M. Couillard.

Serge Parent, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer