Le délit d'être pauvre

Le gouvernement du Québec a adopté une loi qui vise à réduire à la famine ceux... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le gouvernement du Québec a adopté une loi qui vise à réduire à la famine ceux et celles qui manquent de zèle dans la recherche d'un emploi. Ces prestataires que l'on pourchasse vont allonger la liste des pauvres qui sont en attente de paniers de Noël. On tape sur la tête des plus démunis quitte à s'en remettre à la charité privée pour pallier le resserrement de l'aide publique.

Il en est ainsi parce que l'État manque d'argent, nous dit-on. Mais ce manque résulte en partie du fait que l'État se prive de ressources qui lui reviennent. Par exemple, on laisse émigrer dans des paradis fiscaux des milliards de dollars qui devraient servir à répondre aux besoins collectifs, à commencer par ceux des plus démunis. «Les paradis fiscaux, une maladie qu'il faut enrayer», nous dit Joseph Stiglitz, Prix Nobel de l'économie. Mais il semble plus simple de taper sur la tête des plus démunis que de rappeler à l'ordre de grandes entreprises qui font fi de leurs obligations sociales.

Louis O'Neill, Québec

Le Phare de Québec, tout simplement bravo!

À la suite de la présentation par Michel Dallaire des plans initiaux révisés du complexe immobilier ambitieux Le Phare, les commentaires fusent de toutes parts et gageons qu'ils seront pour une bonne partie contre. C'est si facile de critiquer les projets des autres et, surtout, ça ne coûte rien. Au moins cette fois-ci, on ne viendra pas se plaindre que le projet serait financé à même des fonds publics.Le projet est symbolique : un édifice de 65 étages et un autre de 45, c'est pas rien. À cet endroit stratégique s'il en est un, personnellement, je trouve le projet tout simplement génial. Il va donner le ton pour un pas en avant et un changement de mentalité significatif pour toute la région. Il est fini le temps où Québec, la «Vieille Capitale», se repliait sur son fonctionnariat et ses ronds de cuir comme «moteur» économique poussif et vieillot qui «brûle de l'huile», comme on disait alors. On est au XXIe siècle tout en étant fier de notre passé historique. Les calèches du Vieux-Québec peuvent très bien y cohabiter avec les voitures Tesla sportives, high-tech et sur le «pouvoir» de notre électricité, dont nous sommes si fiers. Si on ne met pas les bâtons dans les roues du Groupe Dallaire et de Cominar, Le Phare sera notre entrée, tardive il faut l'avouer, dans le nouveau millénaire. Il ne restera plus qu'à bien entretenir les vestiges encore debout de l'ancien (le pont de Québec, bien sûr). On est tout de même pas pour demander à Cominar de s'en occuper, même si on sait qu'avec eux, on serait certains que ce serait fait, vite et bien.

André Verville, Lévis

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer