Connaître l'attente dans les cliniques en temps réel

Vendredi soir dernier, mon fils se blesse au bras. On soupçonne une fracture,... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Vendredi soir dernier, mon fils se blesse au bras. On soupçonne une fracture, car la douleur est intense. On se déplace à une clinique sans rendez-vous munie des équipements nécessaires pour faire des radiographies, car on se doutait bien qu'ultimement ce serait la seule façon de faire un diagnostic précis.

À peine arrivés sur place, on nous recommande d'aller à l'hôpital, aux urgences ou encore d'aller voir notre médecin de famille, car ils sont trop occupés. 

Médecin de famille un vendredi soir, encore faut-il en avoir un. Nous voilà donc aux urgences comme des milliers de Québécois. Après cinq minutes d'attente, il me vient une idée de génie. Pourquoi n'y aurait-il pas une application Web qui donnerait la liste des cliniques ouvertes dans une région donnée avec le niveau d'achalandage en temps réel et leur capacité technique (radiographie, prise de sang et autres) ainsi qu'une carte géographique localisant le tout? Après tout, nous sommes maintenant capables de suivre les autobus du transport en commun en temps réel. Pourquoi a-t-on décidé de faire cette application pour les autobus et non pour les cliniques? Pas de service, pas d'usager, donc pas d'autobus. 

Dans le secteur du transport en commun, on sent le besoin de servir le client, ce qui n'est pas une situation comparable avec notre monopole de la santé. Bien sûr, l'application que je suggère est temporaire. 

Une fois que le problème de l'accès à des services de première ligne sera réglé par le petit-fils du docteur Barrette, cette application sera naturellement inutile. En y pensant bien, ce n'est pas si difficile d'être un génie au Québec!

Claude Lachance, Québec

***

Pas de presse!

Justin Trudeau s'agenouille devant Trump! Si le premier ministre avait quelques convictions solides, il ne se précipiterait pas à l'inviter à Ottawa. Il pourrait se garder une petite gêne et une distance! 

Il est vrai que notre premier ministre canadien semble affectionner les dirigeants à forte poigne, tel le bien démocrate... premier ministre chinois reçu récemment au pays avec bien des égards. Money talks! Il ne reste plus à notre jovial premier ministre qu'à inviter sieur Poutine.

Michel Lebel, Entrelacs

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer