Cher cycliste qui circuliez à la noirceur...

Un cycliste à la tombée du jour... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Un cycliste à la tombée du jour

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

Cher cycliste, oui, vous qui traversiez la Grande Allée au feu rouge à la noirceur d'hier soir lorsque j'avais le feu vert de la traverser et rejoindre la côte Gilmour, sans vouloir parler particulièrement du respect pour le Code de la sécurité routière, je tiens à vous dire comment j'ai failli hier soir vous faire physiquement mal avec mon VUS, seulement parce que, sans même hésiter, vous avez décidé de continuer à pédaler juste en avant de mon automobile. J'ai pris un moment pour me calmer, consciente que j'avais failli vous faire sérieusement mal.

Normalement, quand je réfléchis à ces situations, à la suite de la lecture d'une triste histoire, les premiers mots qui me viennent à l'esprit sont, à Dieu ne plaise... culpabilité, responsabilité, imputation.

Cependant, hier soir, j'étais habitée par des mots tout autres : colère, fureur, désarroi. Quel égoïsme de risquer votre bien-être physique, pour ne gagner que quelques secondes, tout en mettant en situation de risque mon sens de sécurité. L'accident n'aurait certes pas été de ma faute, mais le mal profond serait resté néanmoins avec moi, et pourquoi au juste? Pour que vous puissiez continuer votre élan.

Pensez-y, monsieur le cycliste, est-ce que ça aurait valu la peine?

J. Leslie Goldberg, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer