Plus qu'un score électoral

En faisant le pari d'ignorer Option nationale dans une coalition des forces... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En faisant le pari d'ignorer Option nationale dans une coalition des forces progressistes, Jean-François Lisée s'embarque dans une démarche risquée.

D'abord, parce qu'il s'aliène une organisation de mieux en mieux rodée qui développera un argumentaire contre le PQ qui sera repris par plusieurs autres adversaires. Ensuite, parce qu'il se coupe de la créativité d'un parti qui ne cesse de faire preuve d'inventivité pour promouvoir son option (Le livre qui fait dire oui, capsules «Les sophismes»).

Finalement, on ne saurait négliger l'impact de la mise en veilleuses du calendrier référendaire sur les milliers de membres à avoir voté pour Martine Ouellet et l'attrait que pourrait exercer sur eux la démarche oniste. À cet égard, il appert qu'Option nationale est loin d'être une formation négligeable, contrairement à ce que son pourcentage de 0,8 % aux dernières élections pourrait laisser croire.

Thomas Rodrigue, Québec

***

Un maire présent

Le maire de Québec a préféré aller se pavaner en Louisiane pour supposément sauver la culture française au lieu d'affronter les citoyens du quartier St-Sauveur qui se font détruire leur lieu de rassemblement des 60 dernières années.

Loin des préoccupations de ses citoyens, Régis Labeaume s'est substitué à Christine St-Pierre, ministre des Relations internationales et de la Francophonie, et à Jean-Marc Fournier, ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne du gouvernement québécois pour aller vendre la francophonie en Louisiane.

Les citoyens ont besoin d'un maire qui s'occupe de sa ville et des services de proximité. Je comprends que c'est routinier de s'occuper des vidanges, des trottoirs et des rues, mais c'est le mandat du maire. De la même façon et sans valeur ajoutée pour sa ville il appuie et fait la promotion d'Alain Juppé à la présidence française.

Qu'apportera-t-il de constructif pour sa ville et ses citoyens après ce voyage aux États-Unis?

Jocelyn Boily, Québec

***

Mauvaise nouvelle pour Québec solidaire

Un NPD-Québec verra le jour en 2017[1]. Voilà qui augure mal pour Québec solidaire, car nous savons qu'un grand nombre de ses partisans sont en fait des fédéralistes de gauche qui votent par défaut pour ce parti parce qu'il est mollement indépendantiste.

QS perdrait donc des plumes aux élections de 2018, et plus encore si Françoise David (qui aura 70 ans cette année-là) et Amir Khadir rendent les armes. Le cas échéant, je prédis que les solidaires n'auront plus aucun député en 2018. Une autre traversée du désert les attendrait.

Le Parti québécois pourrait en profiter dans quelques circonscriptions clés où la division du vote souverainiste fait particulièrement mal.

Sylvio Le Blanc, Montréal 

[1] 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer