Hommage au parolier Bob Dylan

J'avoue avoir été surpris comme plusieurs en apprenant que Bob Dylan recevait... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

J'avoue avoir été surpris comme plusieurs en apprenant que Bob Dylan recevait le Nobel de littérature 2016 pour l'ensemble de son oeuvre chansonnière. Mais je me réjouis.

On rend ainsi hommage à un des plus grands auteurs de textes de chansons, parmi lesquels figurent aussi, à mon humble avis, Leonard Cohen et les regrettés Léo Ferré, Barbara et Félix Leclerc.

Par la remise de ce prix prestigieux à un auteur-compositeur contemporain, on souligne l'importance accordée au travail de parolier qui est souvent peu reconnu. Dans les années 60, Dylan a inventé une forme nouvelle d'écriture de chansons, empreinte d'une poésie moderne mais accessible. Une poésie pour l'oreille! Les chansons de Bob Dylan nous accompagnent depuis plus de cinq décennies et résonnent à la grandeur de notre monde.

En soulignant les qualités littéraires des textes de chansons de Dylan, ce prix Nobel de littérature qui lui est accordé est une bonne nouvelle pour l'ensemble des auteurs de chansons de la planète.

Cela démontre que leur travail est reconnu et valorisé à juste titre. Et surtout que la chanson n'est pas un art mineur.

Yvan Giguère, Saguenay

***


Le ministre Lessard n'a pas besoin d'écrire

Laurent Lessard a déclaré hier au sujet de Jean-François Lisée : «Il a écrit beaucoup. Ça nous donne pas mal de bagages pour le questionner.» Force est d'admettre, Monsieur le ministre, que vous n'avez aucunement besoin d'écrire pour être abondamment questionné. Surtout, je vous en prie, n'écrivez pas.

Richard Gagné, Sainte-Pétronille

***

Des évêques canadiens qui ne pratiquent plus

Plusieurs évêques catholiques de l'Ouest canadien refuseront de célébrer les funérailles religieuses de défunts qui auront requis l'aide médicale à mourir (au bout de leurs souffrances), sous prétexte d'être cohérents avec leurs principes religieux.

Qui sont-ils, ces évêques, pour juger et en vertu de quelle règle morale peuvent-ils bafouer le plus grand commandement de Dieu prêché depuis Moïse, celui de charité? En sacrifiant l'amour de Dieu et du prochain pour des valeurs sans doute archaïques, ils renoncent à pratiquer la plus grande des vertus qui est la raison d'être de leur Église.

André Louis La Ferrière, Saint-Elzéar

***

Le poète

Philippe Couillard se mêle de faire des vers teintés de miel et de fiel. Sa muse occasionnelle adresse à ses adversaires des voeux sinistres à la poésie cauteleuse. Ça sent l'affront; appâter le PQ par la «douceur de l'union» sous-entend assujettissement des Québécois, assimilation, indifférence à la vente de nos fleurons économiques, partage inégal de nos richesses, tiédeur dans la défense du français, tiédeur dans les relations France-Québec abandonnant au multiculturalisme canadien l'intégration de nos immigrants, ce melting-pot si cher aux fédéralistes, etc., etc.

Quand Philippe Couillard compare le PQ à un «frêle esquif» voué au naufrage, il le voit avec des yeux de taupe. Le PQ est un paquebot bâti fort, sillonnant la mer fédérale, bravant ouragans et tempêtes mettant le cap sur l'indépendance.

Denise Rochette-Cossette, Charlesbourg

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer