Pétrole et souveraineté

Carrefour des lecteurs... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Carrefour des lecteurs

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La course à la direction du Parti québécois ne manque pas de soulever de l'intérêt. Mais on a l'impression que les candidats ont de la difficulté à choisir parmi les priorités qu'ils veulent mettre de l'avant à court ou moyen terme.

Par exemple, on a peu parlé du calamiteux projet de pipeline d'Énergie Est qui, à sa manière, touche de près la question de la souveraineté nationale. En effet, que vaudra la souveraineté quand du pétrole empoisonné issu de déversements à la fois probables et imprévisibles aura pollué des centaines de plans d'eau au Québec, incluant le grand fleuve Saint-Laurent?

On veut se donner un pays, fort bien. C'est légitime. Mais un pays marqué de l'empreinte écologique, pas une autoroute du pétrole. Cela devrait apparaître clairement dans le projet que le Parti québécois soumettra à l'attention de la population.

Louis O'Neill, Québec

***

RTC: baissez les prix

En réaction au texte «La baisse de l'achalandage du RTC se poursuit», paru le 31 août

L'article nous informe que le nombre d'utilisateurs et d'utilisatrices aurait diminué de 3 % en 2015. Je ne suis pas surprise de constater cette baisse. Je ne comprends pas qu'une idée très simple n'ait pas encore traversé l'esprit des administrateurs et des administratrices. S'ils souhaitent rehausser le nombre d'utilisateurs, pourquoi ne songent-ils pas à diminuer les coûts du passage pour les personnes à faible revenu?

En tant qu'utilisatrice du transport en commun, je pense qu'avec tous les changements de parcours, l'ajout de nouveaux abribus et d'autobus hybrides, du système nomade, du réseau Internet, et plus, beaucoup de gens ne savent plus où donner de la tête. Pour expliquer cette baisse d'achalandage, il ne faudrait pas sous-estimer la hausse du laissez-passer mensuel qui, année après année, devient de plus en plus difficile à assumer pour les personnes à faible revenu. Il faudrait que les décideurs politiques pensent à ceux et celles qu'ils laissent de côté sur le bord de la route, parce qu'ils ne peuvent même pas se permettre d'acquérir un laissez-passer mensuel. En plus de faire un effort dans le sens de réduire leur impact environnemental, ils rempliraient leur mission sociale d'offrir un service de transport en commun à tous ceux et celles qui en ont véritablement besoin. Il faut revoir le coût du laissez-passer général et aîné afin que la population puisse prendre le transport en commun sans aucun souci.

Monique Toutant, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer