Pour valoriser l'immigration

Les immigrants qui se présentent à nos frontières n'y sont pas par plaisir,... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les immigrants qui se présentent à nos frontières n'y sont pas par plaisir, mais bien par un besoin criant de sécurité ou de mieux-être.

Ils ne doivent pas devenir victimes du faire-valoir de certains politiciens. Quant au nombre d'adultes, il devrait correspondre aux besoins et aux exigences du marché du travail. Ces personnes doivent être accompagnées de moniteurs qui devront les informer des particularités de notre culture et sauront réduire les délais pour les y intégrer. 

Il faut à tout prix éviter que des personnes hautement qualifiées se retrouvent dans des postes qui ne correspondent pas à leurs compétences. Non seulement est-ce une question de respect, mais aussi une d'économies et de gros bon sens.

Sylvia Pelletier-Gravel, Gatineau

***

La petitesse de Coderre

Lors de l'annonce officielle du retrait de la vie politique de l'ancien premier ministre Stephen Harper, nous avons eu droit à un exemple parfait de mesquinerie et de petite politique de mauvais goût.

Bien sûr, M. Coderre, maire de Montréal, a droit à ses opinions, mais il a un devoir de réserve, et de répondre «Bonne chance, Steven, nous, on a fait ce qu'il fallait en se débarrassant des conservateurs» démontre le manque de classe et de vision de ce petit politicien avide de caméras et de belles phrases pour les clips télévisés. Monsieur Coderre, juste vous rappeler que les conservateurs avaient aussi débarrassé le pays d'un gouvernement corrompu et indigne dont vous étiez membre. Durant ses années au pouvoir M. Harper était le premier ministre de tous les Canadiens, vous devriez avoir honte de votre comportement en laissant votre partisanerie prendre le dessus sur vos fonctions, n'êtes-vous pas le maire de tous les Montréalais?

Louis Chabot, Québec

***

Le troisième lien, une nécessité

À moyen terme, il est plus important de construire ce troisième lien Rive-Nord-Rive-Sud que d'élargir les autoroutes. En fin de journée, à l'heure de pointe, sur la rive nord, l'élargissement d'Henri-IV et de Duplessis cause déjà des bouchons à l'entrée des ponts. Imaginons seulement un camion-citerne en flammes sur le pont Pierre-Laporte. C'est la catastrophe. Dans un cas semblable, comment orienter la circulation? Gouverner, c'est prévoir.

L'amphithéâtre a coûté cher, mais il était nécessaire. Un troisième lien coûtera cher, mais il est nécessaire.

Jean-Guy Savard, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer