Davie fait appel à M. Aubut

En lisant le journal à la table du déjeuner, j'étais surprise de voir une... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En lisant le journal à la table du déjeuner, j'étais surprise de voir une grosse photo de Marcel Aubut et le texte l'accompagnant qui parlait de son nouveau rôle de lobbyiste pour aider à régler un conflit dans l'industrie maritime.

- C'est qui ça, Maman? demande ma fille de cinq ans.

- C'est celui qui voulait frotter les foufounes de ses collègues. Qui a donné des caresses et bisous aux femmes de son bureau pendant des années. Qui est allé au bureau en bobettes.

- Je me souviens. Berk. Et qu'est-ce qu'il a fait cette fois-ci?

- En fait, cette fois-ci, il va gagner des milliers de piastres comme gros homme d'affaires.

- Comment ça?

Gros soupir de Maman.

- L'article ne parle même pas de ce qu'il a fait aux femmes. Un point de détail trop mineur, je suppose...

Gros silence de jeune fille.

Voilà une amère leçon pour la toute première rentrée scolaire de ma fille.

Aimée Dawson, Québec

***

La SPCA me tue!

Dans l'épineux débat sur les pitbulls et autres chiens dangereux qui fait rage au Québec, la SPCA nous interpelle en parlant de profilage racial. Une expression utilisée habituellement pour les humains. J'aimerais le rappeler aux dirigeants de ladite SPCA. En fait, voici une partie de la définition :

«Le profilage racial désigne toute action prise par une ou des personnes d'autorité à l'égard d'une personne ou d'un groupe de personnes, pour des raisons de sûreté, de sécurité ou de protection du public, qui repose sur des facteurs telles la race, la couleur, etc.»

Encore une fois, la SPCA - ou autres virulents défenseurs des pitbulls et autres chiens dangereux - mélange humains et animaux, les mettant sur le même pied d'égalité question de provoquer un effet dénigrant et accusateur envers ceux qui sont en faveur de l'interdiction des pitbulls au Québec.

Depuis que le gouvernement a annoncé sa ferme intention d'interdire les chiens dangereux au Québec, la SPCA ne sait plus sur quel pied danser - faisant des faux pas - et oubliant complètement l'humain au détriment de l'animal, en l'occurrence le chien.

Dans les prochaines semaines, il faudra s'attendre à assister à une campagne de chantage émotif de la part de plusieurs propriétaires de pitbulls au Québec. Comme cet homme qui a mis en ligne dans les réseaux sociaux une vidéo où on le voit nous raconter que son pitbull lui a sauvé la vie en l'empêchant de se suicider. Et un autre propriétaire qui songe à déménager de province si le gouvernement interdit les pitbulls.

Reste à savoir si la SPCA ne va pas récupérer à son compte ces témoignages. Cela ne me surprendrait pas.

Yvan Giguère, Saguenay

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer