Responsabilité partagée

Carrefour des lecteurs... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Carrefour des lecteurs

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À suite de l'incident majeur survenu au restaurant Le Tapageur de Sherbrooke, où Pierre-Simon Canuel a souffert d'une allergie alimentaire, il sera dorénavant nécessaire de bien identifier l'allergie en question par un questionnaire préalable et une documentation comme il en est pour les hôpitaux, les pharmacies, les compagnies d'aviation, certains hôtels lors de réunion de groupe. Les cas d'allergie sont nombreux et en croissance. Il devient, pour ces raisons, important d'y donner suite.

Ainsi, je verrais bien que le service de restauration produise un petit document dans lequel serait demandé si le client a une allergie alimentaire, laquelle, et s'il a avec lui, en sa possession, le traitement par EpiPen. Le client cocherait oui ou non. Ici la responsabilité serait pleinement partagée.

Par ailleurs l'établissement aurait toujours le droit d'annoncer qu'il n'a pas la structure, l'organisation ou l'équipement pour donner un tel service.

Carol Villeneuve, Québec

***

La survie de la Nouvelle-France

L'abondance des fêtes est de nature à banaliser ou à passer à côté du sens profond d'un événement qui a résisté à l'oubli. Le réflexe de chanter, de donner l'accolade, de discourir avec émotion est souvent superficiel. Les Fêtes de la Nouvelle-France s'insèrent dans un cadre festif pour alimenter ce besoin de décorer l'été. Les parades, les costumes, les expositions, la mise en évidence du pittoresque du passé n'illustrent pas complètement cette réalité de jadis imposant des défis énormes et effroyables.

Le climat et ses humeurs presque meurtriers, le combat impitoyable avec cette nature brutale, le ravage du scorbut, du typhus, de la variole, des remèdes improvisés, le recours à la prière pour les contrer, le courage et la détermination des premiers arrivants mis à rude épreuve, la lutte incessante pour la survie. La fête n'est pas toujours l'écho déchirant de cette souffrance de jadis...

Oui, la commémoration est nécessaire en sachant lui donner tout son espace qui invite à un certain recueillement pour mieux saisir tout le cheminement de la vie. C'est un rituel de solidarité. La vraie leçon de l'histoire.

Douglas Beauchamp, Québec

***

La liberté de l'Homme

Attentats à la mitraillette, au camion, à l'arme blanche, attentats-suicides, bombes à fragmentation, égorgements, etc. Mais pourquoi toute cette violence contre des innocents, enfants ou adultes? Rescapé lui-même des camps de concentration de la Seconde Guerre mondiale, le regretté Elie Wiesel disait qu'après la barbarie des camps de la mort, il ne pouvait plus croire en Dieu, car celui-ci n'avait pas empêché l'indicible.

Mais l'Homme est libre, libre de faire le bien comme le mal. Il peut aimer comme il peut violer et tuer. Il faut bien le reconnaître, l'Homme est binaire ou divisé en lui-même, l'histoire nous le révèle chaque jour depuis des siècles. Pourquoi donc cette violence? Parce que l'Homme est tiré vers le bas comme vers le haut. La conquête de la liberté, de la liberté du bien est une longue et difficile construction. Puissance et pulsion d'amour et de haine se mêlent constamment. L'Homme est toujours à libérer.

Michel Lebel, Entrelacs

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer