Un pilote dans le train

En réaction au texte

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En réaction au texte «Le bras de fer se poursuit», d'Annie Morin, paru le 25 juillet

Mme Morin, votre interlocuteur belge a tout à fait raison. En tant qu'ex-PDG de Via Rail et initiateur des premières études sur la faisabilité d'un TGV dans le corridor Québec-Windsor, c'est un dossier que je connais bien.

C'est la technologie proposée par le REM qu'il faut reconsidérer, pour revenir à celle d'un SLR classique à conduite par signalisation moderne, comme partout ailleurs, y compris dans le métro de Montréal, tout autant que la fréquence des trains. Il y a amplement de capacité dans le tunnel pour accommoder les trains de Via modernisés et ceux du REM. C'est un débat ridicule sur le plan technique.

Quant à l'idée d'une correspondance pour les trains de Via et ceux du train de l'Est, c'est aussi une proposition désastreuse pour l'achalandage et la commodité des passagers de ces trains et tout à fait inutile encore une fois sur le plan technique.

Il est temps qu'on mette un pilote dans l'avion, pardon, dans le train, c'est-à-dire que les ministères des Transports du Québec et du Canada prennent conjointement la maîtrise de ce dossier et le remettent sur la voie du bon sens, sans jeu de mots.

Denis De Belleval, Québec

. . . . . . . . . .

Le sens de la mesure

«Il n'est pas de plus folle et de plus vorace idole que la déesse Raison.» Cet aphorisme de Gustave Thibon s'applique à merveille à ceux ou celles qui essaient de faire passer la moquerie et la malice ou l'insulte pour de la liberté d'expression. Je fais partie depuis 35 ans d'un groupe d'entraide. Nous nous taquinons joyeusement, mais personne n'aurait l'idée de rire de la blessure ou de l'infirmité de l'autre. 

Christian Larsen, Gatineau

. . . . . . . . . .

Paniers de basketball interdits

Je veux tout simplement vous faire savoir que je suis à 100 % pour l'application du règlement concernant les paniers de basketball installés en bordure des rues. Il me semble que les paniers en question pourraient facilement être installés dans la cour des propriétaires concernés. Les enfants pourraient jouer au ballon de façon plus sécuritaire que dans la rue.

La rue n'est pas un prolongement des terrains de ces particuliers. Qu'est-ce qui empêche ces pauvres parents incompris de faire jouer leurs enfants ailleurs que dans la rue? J'espère bien que cette fois-ci la Ville ne changera pas d'idée en cours de route et qu'elle appliquera son règlement qui existe depuis quelques années déjà.

Michel Paradis, Charlesbourg

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer