Ne baissons pas les bras

Le vendredi 15 juillet, lors de la messe dans l'église Saint-Dominique, le père... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le vendredi 15 juillet, lors de la messe dans l'église Saint-Dominique, le père Yves Bériault a consacré toute son homélie à demander à chacun des fidèles présents de ne pas oublier que l'histoire de notre monde est faite de guerres qui ont tué des millions d'hommes et de femmes.

Sans minimiser le drame survenu ce 14 juillet à Nice, nous devons trouver, par notre engagement personnel pour la paix, des raisons de ne pas baisser les bras. 

Merci, père Bériault de nous avoir rappelé que notre ère a connu, entre autres, la guerre de Cent Ans, celle de Trente Ans, une Première et une Seconde Guerre mondiale, bien avant l'arrivée de nos moyens de communication instantanée.

Que nous soyons croyants ou pas, il est capital de faire avancer le dialogue entre gens de bonne volonté, dans nos différences cultuelles et nos origines diverses. J'ai voulu, dans vos colonnes, donner un peu d'écho à ces propos d'un sage.

Raymond Lauret, Réunionnais de passage à Québec

. . . . . . . . . .

Défendre l'indéfendable

La liberté d'expression est une valeur fondamentale d'une société démocratique. Mais la liberté de dire quoi au juste? Tout, tout le temps, n'importe comment, sans égard au respect d'autrui? C'est là que je ne marche pas.

J'ai toujours cru qu'on pouvait juger la liberté d'expression quand celle-ci entrave la participation au sein de la société ou l'enrichissement et l'épanouissement personnels. Se moquer de quelqu'un à 230 reprises, devant des milliers de personnes, par des propos repris dans les réseaux sociaux, n'y a-t-il pas là un danger imminent de nuire à l'épanouissement de quelqu'un? 

Vous qui croyez qu'il n'existe pas de liberté d'expression sans liberté d'offenser, pensez à ceux qui subissent l'intimidation, à qui on martèle toujours les mêmes paroles blessantes et qui finissent par commettre l'irréparable. Et s'il s'agissait d'un proche? Est-ce que quelqu'un peut me dire ce que Mike Ward et son avocat ne comprennent pas?

Marlène Gagnon, Québec

. . . . . . . . . .

Justin Trudeau, théâtral!

Les larmes versées par Justin Trudeau lors de son passage à Auschwitz reflètent-elles la sincérité? Je crois que oui, il a vraiment éprouvé de l'affliction. Toutefois, il n'est pas conséquent dans sa conduite: c'est sous son autorité de premier ministre que le Canada distribue des milliards de dollars d'armes dans le monde, y compris en Arabie Saoudite. Le théâtralisme de Trudeau est déroutant.

André Louis La Ferrière, St-Élzéar 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer