Nice: des morts sans sursis

Un homme se prépare à déposer un ours... (PHOTO AFP)

Agrandir

Un homme se prépare à déposer un ours en peluche géant sur la Promenade des Anglais, à Nice, lieu de l'attentat du 14 juillet.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le procureur de Paris rapportait vendredi que le forcené de Nice avait été condamné, le 24 mars dernier, à six mois de prison avec sursis pour des «violences volontaires avec arme». Un sursis, rappelons-le, est une mesure probatoire qui suspend la peine, mais entraîne néanmoins un contrôle judiciaire serré. Manifestement, le contrôle est resté théorique, 84 morts plus tard. Échec patent de l'État à assurer la sécurité publique, préalable à tous les droits. Ce laxisme meurtrier n'est, hélas, qu'une répétition de précédents cafouillages judiciaires aux conséquences tragiques.

Sous «contrôle judiciaire» à partir de 2012, Samy Amimour, un des kamikazes du Bataclan, n'était pas autorisé à disposer de papiers d'identité et devait se pointer régulièrement au commissariat qu'il ignora. Mais selon ses parents, un juge lui avait tout bonnement attribué une nouvelle carte d'identité après une simple déclaration du vol de sa carte. Un scénario, confirmé par L'Obs (L'Express, 21 novembre 2015). Les innocentes victimes du Bataclan n'ont malheureusement pas eu droit, elles, aux mêmes générosités.

Plutôt que de prendre la mesure de l'insécurité et de la colère des citoyens qui fustigent l'impuissance de leur gouvernement et ses valses-hésitations sur la réponse à apporter à la terreur, certains commentateurs dits «éclairés» préfèrent agiter le danger du repli identitaire, et fustiger le populisme d'extrême droite qui manipule le pauvre peuple ignare. Non, la foule en colère contre ses élus à Nice aujourd'hui ne réclame pas un État policier, elle veut simplement qu'on applique les lois en vigueur. 

Principal théoricien de l'État moderne, Hobbes considérait la sécurité comme la finalité principale de l'État. La sécurité n'est pas un droit parmi d'autres, mais le préalable à l'exercice de tous les droits. Des droits que les victimes de Nice ne pourront jamais plus exercer.

Romain Gagné

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer