Le départ de P.K. Subban

P.K. Subban... (Archives La Presse)

Agrandir

P.K. Subban

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

P.K. Subban irremplaçable

PK Subban incarnait joyeusement un rêve accompli. Il était un exemple de réussite sportive pour les jeunes du peuple, quelles que soient leurs origines. Je l'aurai embrassé avec joie comme le faisait Madame Béliveau.

Cet homme, en plus, avait un grand coeur. C'était un artiste, en plus d'un athlète accompli. Il encaissait des coups sans broncher. Il était aimé par les fans du CH. Nous en avions fait une idole, et cela l'a perdu. J'en suis sûr! Il a été victime de son propre personnage. Good luck, PK!

Philippe-Édouard Damiens, Québec

Échange de P.K. : l'équipe avant tout

L'onde de choc provoquée par l'annonce du départ de PK Subban pour Nashville a envahi les réseaux sociaux en l'espace de quelques minutes, la plupart des commentaires faisant ressortir la colère et la frustration de ses fans envers Marc Bergevin. 

Toutefois, au fur et à mesure où la poussière s'estompait, le discours des partisans faisait place à la raison. Un discours plus pondéré axé particulièrement sur la personnalité et le tempérament de PK. 

En effet, de l'avis de plusieurs commentateurs de la scène sportive, le cocapitaine du Tricolore avait tendance à prendre beaucoup de place dans le vestiaire à tel point qu'il manquait de ce type de leadership qui fait passer le bien de l'équipe avant son aura personnel. Et ça, c'est inacceptable, quels que soient les talents de la vedette sur la patinoire.

De l'avis de Réjean Tremblay, « les joueurs n'étaient plus capables d'endurer Subban [qui] aurait eu besoin d'une bonne dose quotidienne de Ritalin ». À mon sens, Marc Bergevin a fait ce qu'il devait faire, à savoir prioriser l'esprit d'équipe au lieu du culte de la vedette populaire dont le rayonnement n'était concentré que sur sa propre personne.

Henri Marineau, Québec 

Changement nécessaire

Vient le temps du changement nécessaire comme un appel qui se fait attendre soudainement. Une transition qui s'impose et qui est inscrite en nous. Le signal qu'on a atteint une limite quelconque. Les raisons véritables échappent aux explications... Serait-ce incontournable? Rien de permanent partout... Le couple, le travail, la vie quoi... On compose avec. Mais il y a des changements qui bousculent avec fracas. Des virages qui font parler et suscitent de vives réactions. C'est le politicien qui devient vire-capot. Le personnage vertueux dont l'identité et tout autre... et même les fermetures d'entreprise chamboulant la vie familiale... Et Subban dans le décor. Adulé ou critiqué à Montréal. Un comportement avec du panache et des excès qui fragilise la stabilité d'une équipe. La solution draconienne surgit. La résultante de trop de tensions internes comme ailleurs. Le sport est impitoyable. Les entraîneurs sont sacrifiés comme les soldats sur la ligne de feu. Subban avait ses admirateurs. Ne l'oublions pas, le hockey alimente les passions mais on peut acheter la gloire. Subban quoique flamboyant avait ses limites. Comme le chante Brel : «Au suivant!» Avec le temps, tout s'arrange partout!

Douglas Beauchamp, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer