Québec, pas sexy pour la LNH

Carrefour des lecteurs... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Carrefour des lecteurs

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les amateurs de hockey de Québec ont littéralement été roulés dans la farine par Gary Bettman et ses apôtres. Que l'on ne vienne pas me faire croire que Bettman ne savait pas, cela depuis fort longtemps, que l'expansion dans la LNH favoriserait uniquement Las Vegas. Il manquait une équipe dans l'Ouest américain, dans son pays, son travail allait dans ce sens. Au diable les scénarios possibles : pas d'expansion, une expansion à une ou deux équipes. Bettman devait rire dans sa barbe.

Ne nous laissons pas berner, oubliez le transfert d'une concession à Québec car ce sont les mêmes décideurs de la LNH qui voteront pour l'approbation ou pas du transfert. Québec demeure un petit marché pour l'expansion, elle le sera également pour un transfert. Non! Ne perdez pas de vue que lors d'une prochaine expansion, Seattle et Houston, deux villes plus grosses que Québec, seront sur les rangs. Dans quelques années, si Baltimore, Cleveland, Milwaukee ou Jacksonville désirent soumettre leur candidature, Québec demeurera encore le plus petit marché du groupe.

Imaginez une finale de la Coupe Stanley entre Winnipeg et Québec; cela aurait davantage d'effets négatifs sur Bettman que le pire des poisons connus à ce jour. On ne se le cachera pas, Québec n'est pas du tout sexy aux yeux de Bettman. L'idée de danser avec nous le répugne.

Michel Beaumont, Québec

Pourquoi changer de nom?

Le réseau routier de la capitale est déjà un casse-tête pour tout individu qui ne le fréquente pas suffisamment. L'idée de rebaptiser l'autoroute Laurentienne en autoroute Jacques-Parizeau ne doit pas être retenue. À mon avis, ce fut une très mauvaise décision il y a quelques années de changer autoroute Du Vallon pour autoroute Robert-Bourassa. Du Vallon avait sa raison d'être dans l'histoire de Sainte-Foy. C'était un nom court et il ne prêtait pas à confusion avec Henri-Bourassa, une autre artère de la ville. Jacques Parizeau était un grand homme qui a beaucoup donné au Québec et il est normal d'honorer sa mémoire. Là n'est pas la question. À la limite, on peut changer le nom de la rue Saint-Amable pour celui de rue Jacques-Parizeau, comme suggéré par un conseil de quartier, surtout si l'on bonifie l'aménagement physique de la rue. Mais pense-t-on suffisamment à l'impact de tels changements sur toutes les personnes et entreprises qui doivent modifier leurs coordonnées comme si elles déménageaient? Pourquoi ne donne-t-on pas le nom de personnes qu'on veut honorer à de nouvelles rues, à de nouveaux édifices ou à des infrastructures nouvelles ou n'ayant pas déjà reçu un nom adéquat?

Louis-Philippe Pelletier, Donnacona

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer