Où était notre député?

Lettre à Norbert Morin, député de Côte-du-Sud (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Lettre à Norbert Morin, député de Côte-du-Sud

Monsieur Morin, on aurait aimé que vous soyez présent le mercredi 15 juin dernier, en après-midi, pour la réunion du conseil d'administration du CISSS du Bas-Saint-Laurent, à Saint-Pascal. C'est là qu'on a dévoilé une coupe de 20 millions $ pour la prochaine année dans le réseau de la santé de notre région.

Plusieurs citoyens, usagers et employés, se sont déplacés, dont un autobus de citoyens qui provenait du secteur d'Amqui, accompagnés de leur député Pascal Bérubé.

Pour une coupe aussi drastique, lourde de conséquences, nous aussi, du Kamouraska, on aurait aimé et souhaité que notre député soit présent avec sa population. J'ai tenté tant bien que mal de défendre nos acquis, sans vous malheureusement, bien que dans l'avant-midi, on a appris que vous étiez à La Pocatière pour l'inauguration d'un vestiaire sportif...

Un député doit être la courroie de transmission entre le gouvernement et sa population. Ce jour-là, la courroie était absente.

Nous nous sommes sentis orphelins et abandonnés et plusieurs l'ont déploré. Après avoir perdu le nom de Kamouraska dans l'appellation du comté, on peut crainte qu'il soit éliminé aussi dans le domaine de la santé au profit de Rivière-­du-Loup et surtout Rimouski.

Rosaire Desjardins, Saint-Pascal de Kamouraska

***

Jordan passe le test

Dans Le Soleil du 20 juin, un élève de quatrième secondaire, Jordan Charest, de Charny, nous explique les tenants et aboutissants qui ont conduit à l'annulation de la question 22, question à développement du ministère de l'Éducation. Excellente méthodologie de présentation, clarté du texte, analyse documentée pour comprendre la situation. Bravo, Jordan! Je te vois ministre de l'Éducation un de ces jours. La situation que tu présentes me rappelle qu'en 1952, je devais passer les examens du Ministère pour l'obtention du certificat de septième année.

C'était du sérieux. Notre enseignante collectionnait les questions d'examen des années antérieures et nous les transmettait pour nous encourager, nous orienter, nous assister dans notre préparation pour cet examen si important. Le même scénario s'est répété en 1957 pour les examens de 12e année. Tout ça était bien normal. À la différence d'aujourd'hui, on ne vulgarisait pas ces questions parce que les Facebook, iPod, téléphone intelligent, etc. n'étaient pas encore apparus pour nous. Aujourd'hui, le problème, il est où? Au Ministère ou chez les jeunes?

Yvon Dubuc, Québec

***

Entre chien et loup

J'invite tous les propriétaires de molosses à venir marcher avec moi. Je serai accompagné de mon loup domestiqué et n'ayez crainte, il ne mange que les mères grands et les petits enfants. Ce que vous semblez ne pas comprendre, c'est que plusieurs personnes n'ont pas peur de ces monstres, ils/elles sont totalement terrorisés(ées) à leur vue. Pour la première fois, je dois féliciter M. le maire Labeaume pour sa prompte réaction, car pourquoi une personne humaine devrait-elle rester à la maison pour éviter de telles rencontres?

Soit dit en passant, mon frère a été mordu par un molosse qui était en laisse et qui a traversé la rue en tirant son maître, pour l'attaquer sur le trottoir pendant qu'il marchait. Les personnes avant les animaux!

Jean Bédard, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer