Québec, goulag de la LNH

Les amateurs de hockey de Québec ont été roulés dans la farine par Gary Bettman... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les amateurs de hockey de Québec ont été roulés dans la farine par Gary Bettman et ses apôtres.

Le bonze de la LNH savait depuis fort longtemps que l'expansion favoriserait uniquement Las Vegas. Il manquait une équipe dans l'Ouest américain, et pendant des mois ses efforts allaient dans ce sens. Pour allonger le suspense et surtout se donner de l'importance, Bettman, tel un ange blanc auréolé qui ne savait rien, déclarait qu'il y avait plusieurs scénarios possibles : pas d'expansion, une expansion à une ou deux équipes ou bien, tout est annulé. 

Il était bon de déclarer cela sans rire! Une finale de la Coupe Stanley entre Winnipeg et Québec aurait plus d'effets négatifs sur Bettman que le pire des poisons. Gens de Québec, cessez votre à-plat-ventrisme. On ne se le cachera pas, Québec n'est pas du tout sexy aux yeux de Bettman, cela détonne. L'idée de danser avec nous le répugne; un vrai goulag qui le hante!

Michel Beaumont, Québec

Archives fermées sans raison

Je crie mon indignation à la fermeture des services muséaux d'archives. 

On apprend que les services des archives de plusieurs de nos musées sont désormais fermés, résultat d'une prétendue politique d'équilibre budgétaire du Québec. Fausse justification. Il n'y a pas manque de rentrée fiscale : les Québécois, particuliers et sociétés, sont les plus taxés au pays. Et ce n'est pas parce que nos services sociaux, d'éducation et de santé sont trop généreux : ils ne sont que la traduction de nos valeurs de solidarité collective, pas nécessairement individuelle, mais c'est là un autre sujet, et de notre prise en charge économique. 

Où serait donc l'erreur? Évident, mon cher Watson : le Québec est embarqué - comme les É.-U., la Chine, et l'Europe très souvent - dans une concentration grandissante de la richesse entre les mains des mieux nantis. En particulier là où l'État et ses contre-pouvoirs, syndicats et autres groupes d'intérêt, sont directement impliqués, à savoir les salaires et autres avantages financiers. Car on le sait, les rémunérations représentent plus des trois quarts des dépenses publiques. 

Aussi bien «gérée», il n'est pas étonnant que la cagnotte fiscale serve à accroître les avantages de ceux qui sont déjà les mieux payés et à mettre de côté services et salariés les moins protégés.

Hubert Laforge, créateur du fonds d'aide universitaires et muséaux, Québec

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer