Les faux frères

Le chef ayant baissé le poing, on s'empresse,... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Le chef ayant baissé le poing, on s'empresse, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du parti, de reléguer en douce le coeur du programme, la souveraineté, observe l'auteur.

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

On ne pourra surtout pas reprocher à Pierre Karl Péladeau d'avoir été ambigu : comme chef du Parti québécois, son discours était limpide : avec lui, le parti ne cherchait pas, par toutes les pirouettes des anciens chefs, à d'abord prendre le pouvoir pour ensuite commencer à parler d'indépendance comme projet à long terme, et finir par oublier l'article 1 du programme dans une gestion au jour le jour.

Je vois bien que déjà, le chef ayant baissé le poing, on s'empresse, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du parti, de reléguer en douce le coeur du programme, la souveraineté. Doit-on, par peur de perdre le pouvoir, aller jusqu'à renier son âme dans le seul but purement réactif de «se débarrasser» des libéraux? On connaît ce qui est arrivé à Thomas Mulcair. Sa métamorphose d'équilibriste l'a perdu. Un «PQS solidaire» «convergera» vers la ruine des faux frères.

Romain Gagné, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer