Motricité intelligente

Le futur service rapide par bus (SRB) représentera le «nec plus ultra» dans les... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le futur service rapide par bus (SRB) représentera le «nec plus ultra» dans les transports collectifs au sol. Les devis avancés par le RTC devront obligatoirement tenir compte, à l'avenir, de son futur tracé. Les énergies fossiles polluantes sont dépassées, la motricité hybride ne représente qu'une transition, un trait d'union entre le passé pas si lointain et le futur.

Comme le préconise le ministre des Transports, M. Jacques Daoust, l'électrification doit devenir le choix technologique privilégié pour le SRB. L'électricité est propre, silencieuse et peu coûteuse. À mon sens, ce serait une bêtise de doter au départ le SRB d'un système hybride (diésel-électricité) s'il faut ensuite le changer pour l'électricité. 

Le système de l'avenir, soit la propulsion raffinée électrique rechargée par biberonnage ou induction devient donc la solution idéale.

Michel Beaumont, Québec

***

Dieudonné est en paix

Au début du mois, un article du Devoir consacré à Lauberivière de Québec a retenu mon attention. J'appris ainsi que ce refuge, ouvert en 1983, donnait un bon coup de pouce à 5000 personnes itinérantes chaque année. 5000? Ce nombre m'a surprise. Lorsque je vais en vacances dans le Vieux-Québec, il me semble que les sans-abri y sont rares. Je demeure consciente qu'un être humain dans cette situation n'est pas nécessairement quelqu'un qui dort dans la rue. On peut être fort démuni sans que cela paraisse...

Du 14 au 16 avril, je séjournais à nouveau dans la capitale. Tout près de Lauberivière, deux hommes balayaient le trottoir. Un peu Madame Sans-Gêne, j'engageai la conversation avec l'un d'eux. Sourire aux lèvres, il m'expliqua «suivre une formation». Je pointai alors le refuge de la rue Saint-Paul, «j'y vais mais je ne dors pas là-haut, moi et ma famille avons maintenant notre logis». Cela fait six mois que Dieudonné et ses proches vivent au Canada. 

«Réfugié?» lui ai-je demandé. «Oui, nous venons de la République centrafricaine, nous avons subi des années de violence et avons transité par le Tchad pour nous établir au Québec». Est-ce qu'il aime ça ici? «Oui, car c'est un pays de paix»...

Je lève la tête. Au-dessus de la porte de Lauberivière, je remarque la petite flamme sur le «i». Basse-Ville ou Haute-Ville, pourvu qu'elle brille toujours pour Dieudonné et tous les autres...

Martine Lacroix, Montréal

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer